Sean Connery a 90 ans : ses meilleurs souvenirs dans Première
Première/MGM/Artistes Auteurs Associés/20th Century Fox
Sean Connery en couverture du Première n°117 - Décembre 1986
Première
Sean Connery en couverture du Première n°151 - Octobre 1989
Première
Sean Connery en couverture du Première n°428 - octobre 2012
Première
Sean Connery à propos de James Bond
MGM
Sean Connery à propos de son casting pour 007
MGM
Son Bond préféré ?
MGM
Sean Connery à propos de Highlander
Artistes Auteurs Associés
Sean Connery à propos du tournage du Nom de la Rose
20th Century Fox
Sean Connery a 90 ans : ses meilleurs souvenirs dans Première
Sean Connery en couverture du Première n°117 - Décembre 1986
Sean Connery en couverture du Première n°151 - Octobre 1989
Sean Connery en couverture du Première n°428 - octobre 2012
Sean Connery à propos de James Bond
Sean Connery à propos de son casting pour 007
Son Bond préféré ?
Sean Connery à propos de Highlander
Sean Connery à propos du tournage du Nom de la Rose

Sean Connery en couverture du Première n°117 - Décembre 1986

Sean Connery a été trois fois en couverture de Première. Fin 1986, il présentait Le Nom de la Rose, de Jean-Jacques Annaud, et livrait de belles anecdotes de carrière.

Sean Connery en couverture du Première n°151 - Octobre 1989

En 1986, Steven Spielberg était en couverture de Première (pour La Couleur pourpre) et il promettait qu'Indiana Jones 3 serait le dernier volet de la saga. Quatre ans plus tard, à l'occasion de la sortie du film au cinéma, Harrison Ford et Sean Connery partageait la couverture du magazine.

Sean Connery en couverture du Première n°428 - octobre 2012

En 2012, la sortie de Skyfall coïncidait avec les 50 ans de la saga James Bond. Pour fêter ça, Première proposait quatre couvertures, dont une évidemment consacrée à son premier interprète officiel, ici en compagnie de Martine Beswick, qui a été sa partenaire dans deux épisodes : Bons baisers de Russie (1963) et Opération Tonnerre (1965).

Sean Connery à propos de James Bond

"Là encore c’est la France qui a réagi la première et qui a trouvé que c’était un divertissement différent. Mais ça n’a pas eu un succès aussi instantané qu’on peut le croire aujourd’hui. Cela a été plus long qu’ils veulent bien l’admettre."

Sean Connery à propos de son casting pour 007

"Je n’ai pas fait d’essais, j’ai rencontré Ian Fleming et j’ai eu le rôle. On s’est bien entendus. C’était un snob terrible, mais avec tellement d’esprit. Originellement, il voulait quelqu’un comme Cary Grant, mais avec l’argent qu’ils avaient une fois qu’ils auraient payé Cary Grant, ils n’auraient pas pu tourner le film."

Son Bond préféré ?

"Je crois que c’est pour Bons baisers de Russie que j’ai le plus de sympathie."

Sean Connery à propos de Highlander

"Ca m’amusait. L’idée était amusante, les dialogues étaient amusants, le fait de le jouer d’une manière réaliste, c’était amusant aussi… C’est quelqu’un de très brillant Russell [Mulcahy]. Il n’est pas très doué avec les acteurs [rires] mais je pense que c’est parce qu’il n’a pas assez d’expérience et parce qu’il a l’habitude de travailler avec des ‘pop guys’ comme Mick Jagger."

Sean Connery à propos du tournage du Nom de la Rose

"C’est le film le plus difficile que j’ai fait. Quand on tournait en Allemagne, il faisait tellement froid… On était dans un monastère du XVe siècle où il parait qu’à l’époque, la moyenne de vie d’un moine était-de trente-sept ans […] Il y avait des pages et des pages de dialogues et j’ai du tout synchroniser à Munich après le tournage. Le film entier ! Parce que les sons directs n’étaient pas bons. Ca m’était arrivé de faire de la synchro sur la série des Bonds, mais pendant deux trois jours… Pas pendant douze jours !"

Joyeux anniversaire, Sean Connery !

Fin 1986. A la veille du bouclage du magazine, Première rencontre enfin Sean Connery - qui vient de terminer le tournage des Incorruptibles de Brian de Palma - à Marbella, en Espagne. Mais c’est bien pour Le Nom de la Rose, de Jean-Jacques Annaud, où il est magnifique en moine détective du XVe siècle dans l’adaptation du livre d’Umberto Eco, que Stella Molitor et Jean-Pierre Lavoignat sont venus cuisiner l’ex 007. Grande classe, l’acteur écossais, qui n’est pas encore "Sir" Connery, parle le premier pour… s’excuser de ne pas avoir pu nous accorder audience plus tôt. Il livre ensuite de croustillantes anecdotes sur sa carrière, de son rôle iconique de James Bond (obtenu sans audition !) à l'aventure "amusante" de Highlander en passant par le tournage compliqué du Nom de la Rose.

Morceaux choisis à l'occasion du 90e anniversaire de l'acteur.

La Ligue des Gentlemen extraordinaires : l'histoire du film qui a mis Sean Connery à la retraite