Le Père Noël est une ordure
Les Films du Splendid

Le comédie du Splendid revient ce soir sur France 2.

Attention film culte et incontournable de Noël. Impossible de passer les fêtes de fin d'année sans que soit proposé Le Père Noël est une ordure sur l'une des chaînes du petit écran. Une tradition qui pourrait fleurer bon l'indigestion tant cette comédie a été diffusée et rediffusée à la télé. Mais les aventures déjantées de la troupe du Splendid continuent, plus de 30 ans après, à faire mouche auprès du public. Si les répliques sont devenues cultes et n'ont échappé à personne, certains détails du film sont bien moins connus du grand public. La preuve en 7 points en attendant la rediffusion de la comédie de Jean-Marie Poiré à 20h55 sur France 2.

Le Père Noël n'a pas été un succès en salles
Son statut de film culte, Le Père Noël est une ordure ne l'a pas gagné dans les salles obscures. A sa sortie, et malgré le succès de la pièce de théâtre dont il est adapté, ce long-métrage est loin de faire un carton. Malmené par les critiques qui ne sont pas forcément emballées, il attire environ 1.6 million de spectateurs. C'est grâce au petit écran, où il passe chaque année à Noël, que le phénomène prend de l'ampleur.

Le Père Noël avait un nom de code
Difficile de faire accepter à la Mairie de Paris une autorisation de tournage pour un film s'appelant Le Père Noël est une ordure. Pour pouvoir mettre en boîte les premières scènes qui se passent sur les Grands Boulevards, la production a dû ruser et donner un faux titre de film. Surfant sur l'engouement des Bronzés, elle a opté pour Les Bronzés fêtent Noël

Première Cinéma Club 8 : Les anecdotes de Patrice Leconte sur Les Bronzés font du ski

Le Père Noël n'a pas pu prendre le bus
Le titre du film de Jean-Marie Poiré n'a pas seulement posé problème pour les autorisations de tournage. Côté promo, l'accueil n'a pas été des plus chaleureux notamment du côté de la RATP qui a refusé de diffuser les affiches du film. La faute à un titre trop provoquant. Même frilosité du côté de certains cinémas qui ont retouché le titre pour ne pas choquer les enfants et leurs parents. L'équipe a profité de la polémique autour de son nom pour imaginer une bande-annonce complètement décalée :

 

Le Père Noël a un air de famille
Pour trouver l'inspiration, la troupe du Splendid a puisé dans une matière première proche et inépuisable : la famille. Pierre Mortez, le bénévole de SOS Détresse Amitié incarné par Thierry Lhermitte a ainsi été inspiré par Paul Chazel, le père de Marie-Anne Chazel. Un pasteur qui officiait également comme bénévole à SOS Amitié.

Le Père Noël devait accueillir Jean-Claude Dusse
Seulement présent dans le film en prêtant sa voix à l'obsédé sexuel qui appelle l'association, Michel Blanc devait réellement apparaître à l'écran dans la première version du scénario. Il devait, dans une fin alternative, incarner un prêtre recueillant les confessions de Pierre et Thérèse (Anémone) après leur passage au zoo. Un homme d'église dénonçant les deux bénévoles à la police. C'est avec Pierre et Thérèse dans le box des accusés que devait d'ailleurs se terminer le film.

Le Père Noël devait aussi accueillir Julio Iglesias
Le latin lover était à l'honneur dans Le Père Noël est une ordure. C'est en effet sur un titre de Julio Iglesias ("Vous les femmes") que s'est fait à l'origine le slow entre Pierre (Thierry Lhermitte) et Katia (Christian Clavier). Mais au montage final, la production n'a pas réussi à avoir les droits de la chanson. Ils ont donc remplacé ce titre par "Destinée" de Guy Marchand en réenregistrant les dialogues de cette scène. Mais Julio Iglesias reste malgré tout présent dans le film grâce à Zézette (Marie-Anne Chazel) qui arbore un badge "I Love Julio" et dont la caravane est décorée de posters du chanteur.

Le Père Noël a eu un remake
Sorti en 1982, Le Père Noël est une ordure a fait l'objet d'un remake américain en 1994. Baptisé Mixed Nuts (en VF Joyeux Noël) et réalisé par Nora Ephron (Vous avez un message), ce film avec Steve Martin, Adam Sandler et Madeline Kahn n'a pas marqué Hollywood de son empreinte... Voici un extrait :