Titre original Vincere
Date de sortie 25 novembre 2009
Réalisé par Marco Bellocchio
Avec Giovanna Mezzogiorno , Filippo Timi , Fausto Russo Alesi
Scénariste(s) Marco Bellocchio
Distributeur Ad Vitam
Année de production 2009
Pays de production IT
Genre Drame, Film historique
D’après l’œuvre de Marco Bellocchio

Synopsis

Dans la vie de Mussolini, il y a un lourd secret que l'histoire officielle ne raconte pas : une femme, Ida Dalser, et un enfant, Benito Albino ? conçu, reconnu puis désavoué. Ida rencontre Mussolini de manière fugace à Trente et en est éblouie. Elle le retrouve à Milan où il est un ardent militant socialiste qui harangue les foules et dirige le quotidien l'Avanti. Ida croit en lui, en ses idées. Pour l'aider à financer le Popolo d'Italia, point de départ du futur parti fasciste,elle vend tous ses biens... Lorsque la guerre éclate, Benito Mussolini s'engage et disparaît de la vie de la jeune maman, qui découvrira avec stupeur qu'il est déjà marié avec une autre femme. Ida n'aura dès lors de cesse de revendiquer sa qualité d'épouse légitime et de mère du fils aîné de Mussolini, mais sera systématiquement éloignée de force et son enfant mis dans un institut.

Toutes les séances de Vincere

Dernières News sur Vincere

Cannes 2019 : toutes les infos sur… Le traître

Avec ce récit autour du repenti mafieux Tommaso Buscetta, le cinéaste italien Marco Bellocchio revient en compétition 10 ans pile après Vincere.

Photos de Vincere

DR
PRODUCTION / OFFSIDE / RAI CINEMA / CELLULOID DREAMS
PRODUCTION / CELLULOID DREAMS

Vincere

VINCERE (2009)

VINCERE (2008)

Casting de Vincere

Filippo Timi
Benito Mussolini
Fausto Russo Alesi
Riccardo Paicher
Michela Cescon
Rachele Guidi

Critiques de Vincere

  1. Première
    par Veronique Le Bris

    Dès que Bellocchio se replie sur l’intime, un sujet qu’il manie pourtant d’habitude si bien (La Nourrice, Le Sourire de ma mère), sa verve cinématographique perd l’ampleur dont il fait preuve en décrivant le contexte politique et social de l’époque. Étonnant car c’est justement la plongée dans l’intimité des ravisseurs d’Aldo Moro, autre page sombre de l’histoire de l’Italie, qui avait donné tout son intérêt à Buongiorno, notte.