Date de sortie 19 novembre 2014
Réalisé par Matthieu Delaporte, Alexandre de la Patellière
Avec Mathieu Kassovitz , Marie-Josée Croze , Eric Caravaca
Scénariste(s) Matthieu Delaporte, Alexandre de la Patellière
Distributeur Pathé !
Année de production 2014
Pays de production FR
Producteurs Dimitri Rassam Alexandre de la Patellière Matthieu Delaporte
Genre Thriller

Synopsis

Sébastien Nicolas a toujours rêvé d’être quelqu’un d’autre. Mais il n’a jamais eu d’imagination. Alors il copie. Il observe, suit puis imite les gens qu’il rencontre. Il traverse leurs vies. Mais certains voyages sont sans retour.

Dernières News

Les films à la télé du 30 novembre

Indochine, Alexandre le Bienheureux, Un illustre inconnu

Les films à la télé du samedi 21 novembre

Ce soir, Première vous recommande Un illustre inconnu, Mad Max : Au-delà du dôme de tonnerre et La mauvaise éducation.

Photos

Un Illustre Inconnu

Critiques

  1. Première
    par Gaël Golhen

    Il y a des artistes sans oeuvre et des oeuvres sans artiste. Il y a aussi des êtres sans vie, pour lesquels usurper une identité, c’est faire acte de présence. Un illustre inconnu raconte comment un type anonyme décide d’emprunter la vie des gens pour se sentir exister. De l’emprunt, ce héros très discret va passer au vol et dérégler l’ordonnancement du monde. Le nerf du film est donc l’usurpation, passive, sans stratégie particulière. Sébastien Nicolas va, vient, essaie des poses et des pauses, des postures et des impostures, seul compte ce léger mouvement qui fait qu’un geste devient acte et un postiche, silhouette. Tout ne fonctionne pas forcément comme on voudrait : le troisième acte, où l’autorité de la mise en scène et les références hitchcockiennes deviennent envahissantes ; les perruques de Kassovitz pas toujours probantes... Mais après le carton du "Prénom", enchaîner sur un thriller existentiel aussi gonflé, ça a de la gueule. On sent que Delaporte a envie de chatouiller le système, il a la gnaque et l’audace du kamikaze. Mais "Un illustre inconnu" dessine surtout ses obsessions d’auteur. En osant se confronter aux affres de son héros, le cinéaste quitte ses habits d'entomologiste pour ceux de métaphysicien. Son deuxième film n’en est que plus troublant. Il s’y cache un questionnement sur l’être et l’art. Qui est vraiment ce faussaire ? Un artiste-palimpseste prêt à tout pour exister ? Et comment être un homme droit quand la vie semble vous avoir oublié ? Suprême ironie, c’est Kassovitz qui joue ce nobody, lui qui continue de dire qu’il ne veut pas être acteur.