Titre original Clouds of Sils Maria
Date de sortie 20 août 2014
Réalisé par Olivier Assayas
Avec Juliette Binoche , Kristen Stewart , Chloë Grace Moretz
Scénariste(s) Olivier Assayas
Distributeur Les Films du Losange
Année de production 2014
Pays de production FR
Producteurs Charles Gillibert
Genre Drame

Synopsis

A 18 ans, Maria Enders a connu le succès en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui fascine et conduit au suicide une femme mûre, Helena. Vingt ans plus tard on lui propose de reprendre cette pièce, mais cette fois de l'autre côté du miroir, dans le rôle d'Helena.

Toutes les séances de Sils Maria

Dernières News sur Sils Maria

"Sils Maria prouve que les stars fabriquées par Twilight sont bien là pour durer"

Kristen Stewart est excellente dans le film d’Olivier Assayas diffusé ce soir sur Arte. 

Kristen Stewart a trouvé la cérémonie des César trop longue

Alors que son rôle dans Sils Maria pourrait lui ouvrir la porte des Oscars, l'ex star de Twilight est revenue sur la fameuse cérémonie

Photos de Sils Maria

DR
DR
DR
Les Films du Losange
Les Films du Losange / CG Cinéma / CAB Productions / Pallas Film / Arte France Cinéma
Les Films du Losange / CG Cinéma / CAB Productions / Pallas Film / Arte France Cinéma
Les Films du Losange / CG Cinéma / CAB Productions / Pallas Film / Arte France Cinéma
Les Films du Losange / CG Cinéma / CAB Productions / Pallas Film / Arte France Cinéma
Les Films du Losange / CG Cinéma / CAB Productions / Pallas Film / Arte France Cinéma
Les Films du Losange / CG Cinéma / CAB Productions / Pallas Film / Arte France Cinéma

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Sils Maria

Casting de Sils Maria

Lars Eidinger
Klaus Diesterweg

Critiques de Sils Maria

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    En Suisse, dans le chalet d’un grand dramaturge récemment décédé, une actrice répète le texte de sa prochaine pièce avec son assistante. Il y a deux versants dans la filmographie d’Olivier Assayas, deux tendances parfois contradictoires que son petit dernier essaie de concilier. D’un côté, le drame néo-tchekhovien, l’envie de se confronter à la pesanteur du temps et de l’histoire – appelons cela sa veine "L’Heure d’été". De l’autre, le goût pour la vitesse et les symboles de la modernité (iPad, Google, Skype...) chargés de faire sens – ça, c’est l’école "Demonlover". "Sils Maria" se situe au carrefour de ces inclinations, dans un entre-deux un peu flou, parfois très mou, qui donne l’impression que le réalisateur n’a pas réellement choisi le film qu’il voulait faire. Obnubilé par l’idée d’être aussi léger et volatil que ses personnages de hipsters globe-trotteurs, il échoue à saisir la densité mémorielle des montagnes suisses de "Sils Maria", contemplées en leur temps par Nietzsche, Proust ou Thomas Mann, mais réduites ici au statut de vignettes décoratives. Il n’est malheureusement pas beaucoup plus inspiré dans sa critique des images contemporaines – voir cet invraisemblable pastiche de blockbuster américain, qui donne l’impression qu’il n’a rien vu dans le genre depuis le "Flash Gordon" de 1981... Ces contradictions, Assayas finit pourtant par les résoudre en envisageant surtout "Sils Maria" comme un film d’actrices, une relecture light d’"Eve" ou de "Persona". Juliette Binoche, très diva, n’avait pas été aussi bien employée depuis longtemps. Et Kristen Stewart, d’une classe folle, est aussi instantanément iconique que dans "Les Runaways". Sa prestation, après celle de Robert Pattinson dans "The Rover", prouvera à ceux qui en doutent encore que les stars fabriquées par "Twilight" sont bien là pour durer.