Titre original Mia madre
Date de sortie 2 décembre 2015
Réalisé par Nanni Moretti
Avec Margherita Buy , John Turturro , Giulia Lazzarini
Scénariste(s) Nanni Moretti, Francesco Piccolo, Valia SANTELLA
Distributeur Le pacte
Année de production 2015
Pays de production IT

Synopsis

Margherita est une réalisatrice en plein tournage d'un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre - et insupportable - acteur américain d’origine italienne.A ses questionnements d'artiste engagée, se mêlent des angoisses d'ordre privé : sa mère est à l'hôpital, sa fille en pleine crise d'adolescence ? Et son frère, quant à lui, se montre comme toujours irréprochable…Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

Dernières News

Steven Spielberg et Tom Hanks en tête à Paris

Le Pont des espions démarre devant Mia Madre et Babysitting 2. (Source : CBO Box-Office)

Les sorties ciné du 2 décembre

Cette semaine au cinéma, Tom Hanks retrouve Steven Spielberg, Le Prophète de Kahlil Gibran inspire un film d'animation et Nanni Moretti se demande : "Le cinéma est-il plus important que la vie ?"

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Quatorze ans après La chambre du fils, Nanni Moretti signe un nouveau film où il est question de mort et de renaissance. Contrairement à la Palme d’Or 2001, Mia Madre commence pas par une disparition brutale, insupportable, quasiment insurmontable, mais par le tournage d’un film social dirigé par l’irascible Margherita dont on découvre peu après que la mère se meurt à l’hôpital. Toute l’intrigue est rythmée par ces incessantes allées et venues entre le plateau et l’hosto, entre la vie sublimée et la mort annoncée. La nuit américaine meets Amour.

    Difficile de ne pas voir derrière cette Margherita (interprétée par la délicate Margherita Buy) Nanni Moretti lui­-même : le cinéaste italien a perdu sa mère, ancienne professeure de lettres comme le personnage en question, dans des conditions similaires il y a quelque temps. Il s’est pour sa part pudiquement réservé le rôle du grand frère trop raisonnable qui met en lumière la fragilité et les doutes de l’héroïne, peut-­être mauvaise fille, visiblement maman à temps partiel, sans doute bonne réalisatrice –elle en a ce statut en tout cas. Passé maître dans l’art de la litote, Moretti raconte en creux les effets pervers d’une vie dédiée à l’art qui sacrifie les proches et la jouissance, le tout sans cynisme aucun, de manière douce et apaisée.

    Et puis, il y a John Turturro. L’acteur fétiche des frères Coen (hello les bros !), apporte une touche de fantaisie qui donne au film ses meilleurs moments : une scène d’ivresse, une autre d’engueulade, une dernière de danse endiablée. Le plus Italien du film, fantasque et bruyant, c’est lui.