Titre original Ex Machina
Date de sortie 3 juin 2015
Réalisé par Alex Garland
Avec Domhnall Gleeson , Oscar Isaac , Alicia Vikander
Scénariste(s) Alex Garland
Distributeur Universal Pictures France
Année de production 2015
Pays de production GB
Producteurs Andrew Macdonald Allon Reich Scott Rudin
Genre Film de science-fiction

Synopsis

À 24 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 17.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 9.99  € Acheter

Dernières News

Ex_Machina d'Alex Garland : "Tu veux voir un truc cool ?"

Un joli casting, un pitch de SF malin, un réalisateur ambitieux... Ne ratez pas Ex_Machina dimanche soir sur la TNT.

Photos

DR
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4
Universal Pictures International France / DNA films / Film4

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Ex Machina

Critiques

  1. Première
    par Guillaume Bonnet

    Il manque donc le "Deus" au titre de ce film, justement parce que, dans cette histoire, il n’est pas si aisé que cela de déterminer qui est le "Dieu issu de la machine", celui qui tire les ficelles et manipule le destin. On pense d’abord au Steve Jobs d’opérette incarné par Oscar Isaac, reclus dans une demeure qui hésite entre les créations architecturales de Frank Lloyd Wright, le bunker antiatomique et la base secrète de savant fou. Nathan aime la bière, les abdos et la compagnie de ses "bons potes", ces salariés qui gagnent le droit de lui rendre visite. Oui ça pourrait être lui ce nouveau Dieu, créateur de robots féminins sidérants de beauté qui s’éveillent à la conscience. Mais ce pourrait aussi être le robot lui-même, déesse technologique appelée à dépasser le maître parce que capable de se libérer de son joug. À moins que ce ne soit le petit employé du mois, qui ne paie pas de mine mais ne veut pas non plus se laisser éternellement sadiser par son patron pervers narcissique… Outre les femmes robots nues (une très belle idée de cinéma), la force d’"Ex_Machina" tient à ce simple constat : à l’heure des "transhumanistes" de la Silicon Valley, les génies fous rêvant de devenir Dieu ne relèvent plus tout à fait de la science-fiction, ce qui permet à Alex Garland de se réapproprier un thème vieux comme Isaac Asimov (la machine qui s’affranchit de l’homme) sans devoir se confronter au problème de l’originalité. Le reste est une question de qualité d’écriture, de subtilité de ton, d’ingéniosité sur le plan de la direction artistique (sensationnelle) et de capacité des acteurs à se montrer divertissants. Que la meilleure séquence de l’un des meilleurs films de SF contemporains soit celle où Oscar Isaac remue les fesses face caméra sur un énorme beat funk en dit long sur la singularité et la pertinence de ce projet hors normes.