Date de sortie 20 février 2013
Durée 110 mn
Réalisé par Pablo Trapero
Avec Ricardo Darin , Jérémie Renier , Martina Gusman
Scénariste(s) Pablo Trapero
Distributeur Ad Vitam
Année de production 2012
Pays de production Argentine, France, Espagne
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Le "bidonville de la Vierge" dans la banlieue de Buenos Aires. Julian et Nicolas, deux prêtres et amis de longue date, œuvrent pour aider la population. Julian se sert de ses relations politiques pour superviser la construction d'un hôpital. Nicolas le rejoint après l'échec d'un projet qu'il menait dans la jungle, où des forces paramilitaires ont assassiné les habitants. Profondément choqué, il trouve un peu de réconfort auprès de Luciana, une jeune assistante sociale, athée et séduisante. Alors que la foi de Nicolas s'ébranle, les tensions et la violence entre les cartels dans le bidonville augmentent. Quand le ministère ordonne l'arrêt des travaux pour l'hôpital, c'est l'étincelle qui met le feu aux poudres.

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
FTV SD FTV 4.99 € Louer 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Elefante Blanco

Affiche Française

Critiques

  1. Première
    par Gael Golhen

    Le prégénérique s'apparente à une déclaration d’intention, la volonté évidente de faire du grand cinéma lyrique et sauvage. Dans un Scope sublime, Trapero livre la vision hallucinante d’un prêtre courage étouffé par la déliquescence d’une Buenos Aires monstrueuse. Le réalisateur enchaîne ensuite sur Jérémie Renier, perdu dans la jungle avec des rebelles qui flinguent tout sur leur passage. Ces premières minutes promettent un fi lm suffocant et viscéral. Mais très vite, le désir du cinéaste de réaliser un fi lm à thèse reprend le dessus. On digresse sur le malheur dans les favelas ou les méthodes musclées des flics corrompus... Trapero se met à filmer la déshérence avec une acuité documentaire parfaite et décortique les processus qui aboutissent à la misère. Du bon cinéma politico-social, incarné par des acteurs impeccables. Mais le formalisme stupéfiant du début, ainsi que la beauté de Martina Gusmán, laissaient entrevoir un autre fi lm, bien plus excitant.