Nom de naissance Jean Delannoy
Naissance
Noisy-le-Sec, France
Décès
Genre Homme
Profession(s) Réalisateur/Metteur en Scène, Scénariste
Avis

Biographie

Licencié ès lettres, il hésite entre le journalisme, la banque et la décoration. Il opte finalement pour le cinéma, où sa sur, Henriette Delannoy, joue au temps du muet des rôles importants. D'abord acteur (Casanova, A. Volkoff, 1927), il s'intéresse vite au montage et acquiert une renommée certaine dans cette branche de la profession. À partir de 1933 et de Franches Lippées, on lui confie la mise en scène de courts ou moyens métrages et, en 1936, il travaille avec l'auteur Jacques Deval sur la réalisation de Club de femmes puis avec Félix Gandéra sur celle de Tamara la complaisante (1937) et du Paradis de Satan (1938). Ainsi se dessine le paysage de son uvre, qui, jusqu'en 1943, n'outrepasse pas les limites du mélo maîtrisé (le Diamant noir, 1940 ; Fièvres, 1942) ou du roman d'aventures entraînant et filmé avec vigueur, tel Macao, l'enfer du jeu (1939). Le film ne sort d'ailleurs qu'en 1942, après que Pierre Renoir eut remplacé Stroheim dans toutes ses scènes. Pontcarral, colonel d'empire (1942) se situe à la jonction de ces deux courants. L'intrigue amoureuse développe des situations mélodramatiques qu'avive un parfum d'aventures héroïques. L'éclat des dialogues de Zimmer, le goût de l'époque pour le panache font de Pontcarral un brillant succès. Tout change avec l'Éternel Retour (1943). Cocteau tente de rajeunir le mythe de Tristan et de le situer dans un climat qui veut rappeler celui des Enfants terribles. Le film joue sur deux niveaux : la légende pure, où Delannoy n'évite pas un hiératisme assez accablant, et la partie réaliste un peu plaquée, dans laquelle se contrarient les machinations des uns et les jeux dangereux des autres. C'est pour Delannoy une rupture complète avec le passé. Son style, qui jusqu'alors ne manque pas de nerfs, se guinde et peu à peu laisse le champ libre à des compositions glacées, élégantes et fastidieuses. Cet écart est sensible dès le Bossu (1944), un des classiques du mélo, rendu soudain pompeux et solennel. La Symphonie pastorale (1946), qui bénéficie de l'émouvante présence de Michèle Morgan, a la froideur, sinon la beauté, de la neige environnante. Tous ses films vont jouer dès lors leur rôle de grandes machines académiques : aussi bien Les jeux sont faits (1947), en dépit du scénario de Sartre, que Notre-Dame de Paris (1956), malgré la participation de Prévert. Le Secret de Mayerling (1949) reste un ouvrage soigné que d'autres auraient pu signer comme Aux yeux du souvenir (id.), Dieu a besoin des hommes (1950), le Garçon sauvage (1951) ou Guinguette (1959). Cependant Maigret tend un piège (1958) vaut par son atmosphère, et il traîne dans la Princesse de Clèves (1961) un parfum nostalgique à cause de Cocteau, de Jean Marais, de Piéral ; mais le temps de l'Éternel Retour est déjà bien loin et le Rendez-vous (1961), Vénus impériale (1962), les Amitiés particulières (1964), le Majordome (1965), le Lit à deux places (id.), les Sultans (1966), le Soleil des voyous (1967), la Peau de Torpédo (1970), Pas folle la guêpe (1972), de même qu'une « trilogie religieuse » : Bernadette (la vie de Bernadette Soubirous, 1988), la Passion de Bernadette (1990) et Marie de Nazareth (1995) apparaissent comme de simples uvres de commande ou de circonstance.

Filmographie Cinéma

Année Titre Métier Rôle Avis Spectateurs
2015 La venus de l'or Réalisateur -
2015 La part de l'ombre Réalisateur -
2015 Diamant noir Réalisateur -
2015 Chiens Perdus Sans Collier Réalisateur -
2015 Le garcon sauvage Réalisateur -

Stars associées