Franz-Olivier Giesbert

  • Profil mis à jour le 02/03/2012
  • Nationalité :
    Française
  • Date de naissance :
    18 janvier 1949 (âge : 65 ans)
  • Sexe :
    Homme

La biographie de Franz-Olivier Giesbert

  • IL A DIT Royal, c'est la Sarkozy de gauche. Le Parisien

Franz-Olivier Giesbert est un journaliste, écrivain et animateur de télévision français. Il est né le 18 janvier 1949, à Wilmington, dans l’État du Delaware aux États-Unis.

Fils d’un dessinateur commercial et d’une professeure de philosophie, Franz-Olivier Giesbert passe les trois premières années de sa vie dans son pays natal. Il grandit dans un milieu intellectuel. Cependant, le jeune garçon va pâtir de la violence d’un père marqué par la Seconde Guerre mondiale et le débarquement en Normandie.

Il est très vite fasciné par le journalisme. Il fait ses études secondaires au lycée d’État d’Elbeuf où il participe à la rédaction de la revue d’école, Le Crotale.

Franz-Olivier Giesbert a dix-huit ans lorsqu’il écrit et publie son premier article (sur l’élection présidentielle américaine) dans l’hebdomadaire Liberté Dimanche.

À partir de 1968 et jusqu’en 1972, il travaille à la rubrique littéraire du quotidien Paris-Normandie, où il publie des interviews avec diverses personnalités comme Jules Romains, Louis Aragon ou encore Henry de Montherlant.

Après l’obtention de son baccalauréat, Franz-Olivier Giesbert refuse le poste de rédacteur en chef adjoint de Paris-Normandie que lui propose sa famille maternelle, important actionnaire du journal. Partisan de la méritocratie, il intègre, en 1969, le Centre de formation des journalistes en vue d’acquérir les connaissances nécessaires pour voler de ses propres ailes.

Trois ans plus tard, frais émoulu, il est engagé, en tant que journaliste politique, par le Nouvel Observateur. Ses qualités de plume lui permettent d’être adoubé par ses supérieurs, notamment le directeur de la rédaction Jean Daniel avec qui il développe une relation privilégiée. Il publie plusieurs articles sur divers hommes politiques comme Michel Rocard, Jacques Delors, Edgar Faure ou encore Pierre Mauroy, dont il était très proche.

En 1977, en collaboration avec Lucien Rioux, le maire de Lille, il publie aux Éditions Stock Les Héritiers de l’Avenir dans lequel il démontre qu’un programme commun réalisé en se basant sur le modèle économique soviétique présente de nombreux avantages pour le PS, alors divisé.

Grand admirateur de François Mitterrand, Franz-Olivier Giesbert publie au Seuil, au cours de la même année, une biographie du premier secrétaire du PS que les fidèles lecteurs du Nouvel Observateur trouvent objective. Néanmoins, l’intéressé lui-même se sent trahi du fait de la révélation, par Franz-Olivier Giesbert, de certaines indiscrétions. Les relations entre les deux hommes en souffriront durant les années suivantes.

Donnant la parole aux personnalités de différents partis politiques, il est perçu comme le journaliste le plus impartial du service politique du Nouvel Observateur. En septembre 1979, Claude Perdriel, le patron de la revue, le nomme grand reporter, sur avis de Jean Daniel. Franz-Olivier Giesbert devient alors correspondant aux États-Unis l’année suivante.

Au milieu de l’année 1981, il est de retour à Paris pour prendre les commandes du service politique laissées par Thierry Pfister.

En 1985, il occupe le poste de rédacteur en chef avant de quitter, trois ans plus tard, le Nouvel Observateur pour Le Figaro, où il va vite gravir les échelons. Il est directeur des rédactions et membre du directoire du Figaro pendant deux ans (1998-2000).

Vers la fin de l’année 2000, il intègre le journal Le Point en tant que directeur. Il lance, en étroite collaboration avec son directeur artistique Philippe Bertrand, un projet de rénovation de l’hebdomadaire afin d’augmenter l’audience féminine.

En 2003, il devient le PDG du groupe SEBDO Le Point. Sous son ère, le magazine connaît un développement notable de son chiffre d’affaires.

De 2001 à 2006, on le retrouve sur France 3 comme présentateur de l’émission littéraire Culture et Dépendances.

À partir de 2006, il anime Chez FOG, un rendez-vous politique hebdomadaire diffusé sur France 5.

En 2009, il passe sur France 2 pour animer Vous aurez le dernier mot. Le concept et le titre changent à la rentrée 2010 pour devenir Semaine critique.

Par ailleurs, Franz-Olivier Giesbert a obtenu, en 1999, le prix Richelieu de l’association de la Défense de la Langue Française pour son émission Le Gai Savoir sur Paris Première.

En mars 2006, il crée un certain émoi dans la classe politique française en publiant un essai, La Tragédie du président, dans lequel il aborde une partie de la vie privée de Jacques Chirac, ami de longue date.

Il est auteur de nombreux romans, parmi lesquels L’Affreux (1992), La Souille (1995), Le Sieur Dieu (1998), Mort d’un Berger (2002), L’Abatteur (2003), L’Américain (2004), L’immortel (2007) et Le Huitième Prophète (2008).

Franz-Olivier Giesbert a également écrit des documents à caractère politique tels que Le Vieil Homme et la Mort (1996), La Fin d’une époque (1993) ou encore Le Président (1991).

> Son signe astro > Personnalité du prénom Franz-Olivier > Popularité du prénom Franz-Olivier

Dernières news sur Franz-Olivier Giesbert

Commentaires sur Franz-Olivier Giesbert

Bravo fog de ce plaidoyer pour les animaux, sans avoir lu votre livre, moi qui n'en consomme déjà plus guère, me voici convaincue. on passe souvent auprès de beaucoup pour un tas de ringards atteint de sensiblerie aigue, sombrant lentement mais sûrement dans la sénilité.. je suis contente de savoir qu'au fond je ne suis pas une qu'espèce de gaga à chats qui larmoie devant 50 millions d'amis... bref, vous m'avez réconfortée, rassurée sur mon état mental, mais surtout confortée dans mes convictions. Encore bravo pour ce bel engagement !
  • 0
  • 0
Anonyme | le 12/10/2014 à 09h03 | Signaler un abus
Oh la la il faut faire LE POINT;FR, ce personnage me déçoit et en meme temps le magazine en prend un bon coup
  • 0
  • 0
Anonyme | le 07/05/2011 à 18h19 | Signaler un abus
> Tous les commentaires sur Franz-Olivier Giesbert
À découvrir également