BBC Two

Critique sans spoiler en attendant de retrouver la série ce soir sur Arte.

La quatrième saison de Peaky Blinders sera diffusée entre ce soir et demain soir sur la septième chaîne. Préparez-vous à un marathon intense : sans rentrer dans les détails, l’évolution de l’histoire de la famille Shelby est toujours aussi impressionnante, aussi bien sur le fond que la forme. Voici notre critique garantie sans spoiler.

L’intrigue reprend juste après le twist de la saison 3. Ce cliffhanger haletant se résout en quelques minutes, de façon un peu trop rapide, d’ailleurs, mais cela permet d’installer rapidement la nouvelle menace. Et quelle menace ! Peu avant Noël, chaque membre phare de la famille reçoit une lettre : Thomas (Cillian Murphy), Polly (Helen McCrory), Arthur (Paul Anderson), John (Joe Cole) et Michael (Finn Cole). Elles proviennent d’un mafieux new-yorkais d’origine italienne, Luca Changretta (Adrien Brody), qui leur annonce son arrivée en Angleterre pour les assassiner un à un, afin de venger la mort de son père.

Retour au bercail
Ce nouvel ennemi impose aux Shelby un choix radical : se regrouper pour survivre. Ils décident ainsi de retrouver un univers qu’ils connaissent par cœur : les docks de Birmingham. Une excellente idée qui permet aux scénaristes de jouer avec la nostalgie des fans de la première heure. Si la saison 3 éparpillait les membres du clan Shelby, les voir retrouver leurs vieilles habitudes est un vrai plaisir. Les seconds rôles phares des deux premières saisons reviennent, Tommy se remet à nommer des "Peaky" et reprend les rênes de son usine, Arthur ses matchs de boxe clandestins, Polly et les filles gèrent les paris, car les courses de chevaux restent une source de revenus importante… L’équipe technique s’en donne également à cœur joie : visuellement, les choix de lumière et de plans n’ont jamais été aussi beaux et les moindres détails restent soignés (une scène où Luca joue avec les balles de son arme, est particulièrement marquante). Sans oublier la musique rock, évidemment, qui continue à contraster avec l’époque avec brio.

La BBC Two confirme ainsi le souhait de faire de Peaky Blinders une série haut de gamme, qui développe intelligemment son histoire en y mettant des moyens conséquents. Et qui parvient surtout à faire évoluer ses personnages tout en multipliant les surprises.

Peaky Blinders : ce sera la guerre entre la Mafia et les Shelby dans la saison 4

La famille vs. la Famille
Cette saison 4 est donc plus que jamais une histoire de famille, le clan Shelby affrontant une Mafia influente justement parce que l’un d’eux a été assassiné par les Peaky Blinders. Un thème qui peut paraître déjà-vu sur le papier, tant les histoires de mafieux ont inspiré le petit comme le grand écran. Les clins d’oeil au Parrain et aux Affranchis ne manquent pas, d’ailleurs, mais ils sont assez malins pour ne pas sortir le public de l’histoire. Cette idée permet aussi à Adrien Brody de montrer une facette de son jeu qu’il a peu développée jusqu’ici. L’acteur du Pianiste et du Darjeeling Limited a rarement joué les méchants, mais il prouve ici que ça lui va très bien. Extrêmement menaçant, aussi bien verbalement que physiquement, il en impose, même face à un Cillian Murphy toujours aussi froid et calculateur. Et surtout, la question de la famille marque une excellente occasion de rappeler à quel point le clan Shelby a été bien construit au fil des saisons. Grâce à une écriture fine et sans cesse en évolution, les spectateurs se sont attachés à chacun d’eux malgré leurs défauts et mauvais choix de vie. Cette saison joue évidemment avec ça en menaçant plus particulièrement les chouchous du public. On ne vous dira pas qui meurt (ça va pas, non ?), mais on peut quand même souligner à quel point la tension est à son comble dans cette saison.

Pour résumer, ce retour aux sources de la famille Shelby vaut le détour. Encore plus que la saison 3, qui avait de beaux moments, mais était parfois confuse, cette suite est construite avec brio et tient le public en haleine jusqu’au bout. L’aventure pourrait d’ailleurs s’arrêter là : son final est si malin qu’il fait figure de parfaite conclusion. Mais il ouvre aussi sur des perspectives alléchantes, et on sait que l’équipe veut tourner une cinquième et ultime saison. Qui devrait elle aussi être pleine de surprises et de retrouvailles nostalgiques. Alors, vivement la suite.

La saison 5 de Peaky Blinders sortira en... 2019 !

Prochainement au Cinéma