Abaca

Mais...

Le cinéaste dont le film Cafe Society sera projeté en ouverture du 69e Festival de Cannes était ce lundi l'invité d'Europe 1.
L'occasion pour Woody Allen de s'exprimer sur plusieurs sujets de société dont l'accession au pouvoir du probable candidat républicain à la Maison Blanche, Donald Trump.

"Je ne pense pas que Donald Trump ait la moindre chance de remporter la présidence aux États-Unis", déclare-t-il rappelant que le business man a joué son propre rôle dans Celebrity.
"Lorsque j'ai travaillé avec Donald Trump, il était tout à fait agréable, c'était un très bon acteur. Quand je tombe sur lui, il est tout à fait plaisant, charmant"
, reconnait Woody Allen avant d'assombrir un peu cette plaisante description :  "Mais il est difficile de réconcilier ceci avec toutes ses déclarations"
"Je pense qu'Hillary Clinton va certainement devenir la prochaine présidente des Etats-Unis. Je pense que c'est une bonne chose pour le pays", précise-t-il. "Je vais voter pour Hillary, je suis un démocrate convaincu depuis longtemps. Je n’ai jamais voté pour un républicain de ma vie. Je pense qu'aucun républicain, que ce soit Donald Trump, Jeb Busch ou Ted Cruz, ne pourrait gagner face à Hillary Clinton", conclut le réalisateur new-yorkais.

"Toujours heureux de (se) rendre à Cannes", Woody Allen fera l'ouverture du Festival de Cannes aux côtés de Kristen Stewart et Jesse Eisenberg avec Cafe Society.

L'histoire de Cafe Society : L'histoire d'un jeune homme qui se rend à Hollywood dans les années 1930 dans l'espoir de travailler dans l'industrie du cinéma. Il tombe amoureux et se retrouve plongé dans la vie effervescente de l'étonnante Café Society qui marque ces années folles.

La bande-annonce de Cafe Society, au cinéma le 11 mai 2016 :  

A lire aussi sur Première

Quand le tout-Hollywood critique Donald Trump

Si Donald Trump fait désor­mais figure de favori à la course à l'inves­ti­ture, le businessman ne fait pas l'unanimité à Hollywood et les acteurs le font savoir.

Le tout-Hollywood se ligue contre Donald Trump

Michael Moore, Jane Fonda, Kerry Washington ou encore Rosanna Arquette, Danny Glover et Harry Belafonte, tous partent en guerre contre les dérives oratoires du candidat à la primaire républicaine.