Nicolas Cage et la quête du Graal
capture d'écran YouTube

Dans une interview fleuve donnée au New York Times, l’acteur s’est confié sur les expériences les plus dingues de sa vie. En avant pour quelques belles "nicolascageries".

Nicolas Cage est une légende. On ne va pas revenir là-dessus, on vous en avait déjà parlé il y a quelques jours alors qu’Internet avait déterré un caméo loufoque de l’acteur provenant d’un obscur DTV datant de 1988.

Récemment, celui qui a tourné successivement avec Francis Ford Coppola, Alan Parker, les frères Coen, David Lynch, Michael Bay, John Woo, Brian De Palma, Martin Scorsese, Spike Jonze, Ridley Scott, Andrew Niccol, Oliver Stone ou encore Werner Herzog a donné une interview fleuve sous forme de confessions intimes au New York Times.

Au cours de ce long entretien, Nicolas Cage fait le bilan calmement, revenant notamment sur la perception qu’il avait de lui-même au début de sa carrière mais aussi sur le succès et les rencontres importantes dans sa vie d’artiste. Notamment un brunch avec Warren Beatty, plus grande star d’Hollywood des années 70. Et puis tout dérape, mais sous contrôle, ou presque, comme il en a l’habitude dans ses films où se succèdent des performances toutes plus over the top les unes que les autres. Nick Cage s’est confié sans fard au média américain sans jamais être avare en anecdotes.

Nicolas Cage va tabasser des animaux dangereux dans Primal

On apprend ainsi que l’acteur a fait plus ample connaissance avec Johnny Depp au début des années 80 lors… D’une partie de Monopoly. "Je vivais dans un immeuble et j’ai loué un appartement à Johnny alors qu’il vendait des stylos ou un truc comme ça pour se faire du fric." raconte Cage. "On était bons potes, on jouait au Monopoly, il était en train de gagner et je lui ai balancé : ‘pourquoi tu ne ferais pas du ciné ?’. Je lui ai ensuite organisé un rendez-vous avec mon agent et elle lui a trouvé l’audition pour Les griffes de la nuit."

Nicolas Cage est également un amoureux des animaux. Le New York Times nous informe que Cage a eu quelques expériences hors normes avec ses cobras de compagnie et son chat : les premiers ont essayé de le tuer alors qu’il s’est défoncé aux champignons hallucinogènes avec le second. "J’avais deux cobras qui ont tenté de m’hypnotiser avec les motifs sur leurs dos avant de m’attaquer. Mes voisins n’étaient pas très rassurés que j’ai des cobras chez moi alors je les ai remis dans un zoo. Concernant mon chat… Un ami m’avait filé un sac de champis et mon chat est allé le chiper dans le frigo, comme s’il savait ce que c’était. Il a adoré ça. Du coup j’en ai pris avec lui, c’était une expérience très belle et très zen."

Le point culminant de cette interview fleuve est sans nul doute la quête du Saint Graal entreprise par l’acteur. Tel son personnage d’archéologue malin, Benjamin Gates, dans le film éponyme, Nicolas Cage est un passionné d’Histoire et d’antiquités, en témoigne un crâne de dinosaure acheté pour la coquette somme de 276 000 dollars. Le comédien aurait donc tenté de trouver la fameuse relique qui aurait contenu le sang du Christ. Tel un Roi Arthur des temps modernes, les implants capillaires en plus. "J’ai fait plusieurs recherches dans différentes parties du monde, majoritairement en Angleterre et aussi un peu aux Etats-Unis.", confesse Nicolas Cage. "La seule conclusion à laquelle je suis arrivé est celle-ci : ‘Est-ce qu’au final le Graal ce n’est pas la Terre en elle-même ?’" Une légende, qu’on vous dit.

Jiu Jitsu : Nicolas Cage va se battre contre un alien qui revient tous les six ans