Star Wars : parlez-vous La Guerre des étoiles des origines ?

Star Wars Épisode IV

Chictaba, Yann Solo, Jabba Le Forestier et le Millenium Condor ont marqué des générations de spectateurs. L’oeuvre d’un seul homme, Éric Kahane, directeur artistique de la version française.

1967. Michel Gast et Jenny Gérard viennent de racheter les studios de 20th Century FOX France / Lira Films à Saint-Ouen. Ils créent dans la foulée la SND (Société nouvelle de doublage) et négocient un contrat d’exclusivité avec Fox-Lira en France : ce sont eux qui seront chargés de l’adaptation et du doublage de toutes les sorties du studio, soit une cinquantaine de films par an.

La machine bien huilée tourne à plein régime et dix ans plus tard, Star Wars aurait dû être un projet comme un autre pour SND, mais son succès immédiat au box-office américain en fait une exception. La FOX réalise qu’elle est assise sur un joli paquet de billets verts et décide de prendre les choses en main en imposant Éric Kahane à la direction artistique, faisant fi des aspirations de Michel Gast. Ce dernier restera tout de même producteur du doublage mais n’aura aucun pouvoir sur Kahane. "Que la FOX nous impose un auteur, ce n’est jamais agréable. Donc forcément, il y avait des tensions palpables", se souvient Maxime Légier, à l’époque assistant de Jenny Gérard. 

"Il dirigeait tout. Il a fallu s’adapter à ce qu’il voulait. Il venait le matin sur son plateau, il faisait sa direction et on n’avait de rapports avec lui. C’était bonjour, bonsoir, et c’est tout"

Le divorce est consommé dès les premiers choix radicaux de traduction de Kahane, décédé en 1999. Une fois que Claude Dutter s’est chargé du lourd travail détection (qui consiste à retranscrire le rythme des dialogues et le moment où les acteurs ouvrent et ferment la bouche), Kahane réalise un véritable travail d’adaptation, au sens premier du terme. Le directeur artistique n’hésite pas à modifier le titre - qui devient contre toute logique La Guerre des étoiles -, les dialogues et surtout les noms des personnages. 20th Century FOX lui laisse carte blanche.

Han Solo est ainsi rebaptisé Yan Solo, pour éviter que le spectateur hexagonal ne pense que son prénom est "Anne" ; Chewbacca devient Chictaba (traduction presque littérale de "chew tobacco", soit "chiquer du tabac") et est surnommé Chico au lieu de Chewie ; le Millennium Falcon se sent pousser des ailes et se voit transformé en Millenium Condor ; C3PO est renommé Z-6PO ; R2-D2 se fait appeler D2-R2 ; le terme d’Étoile Noire est préféré à Death Star ; la Guerre des clones rapidement évoquée par Luke devient la Guerre noire… Le summum étant atteint avec l’incompréhensible Jabba Le Forestier, nom français de Jabba the Hutt. 

"Pauvre cave"

Éric Kahane se met en tête d’être le plus fidèle possible au sens et aux intonations, tout en respectant scrupuleusement la détection. Les dialogues sont parfois totalement réimaginés pour suivre les mouvements des lèvres des acteurs. À la clé, quelques lignes à la Audiard, comme quand "Yan Solo" traître Greedo de "pauvre cave", avec la voix du regretté Francis Lax.

En 1980, le studio prépare la sortie de ce qui deviendra L’Empire conte-attaque en français. Mais le boulot d’Éric Kahane est resté en travers de la gorge des pontes de la FOX, peut-on lire dans le récent livre La Saga Star Wars vue de la France*. Si SND est toujours en contrat d’exclusivité, le studio laisse Michel Gast prendre en charge la direction artistique mais veut désormais contrôler chaque étape de l’adaptation française. Heidi Weibel est notamment commanditée pour superviser le doublage. 

Dark Vador pour toujours

Il est devenu évident qu’il faut faire marche arrière sur de nombreuses traduction héritées d’Éric Kahane. "Ça n’a pas été si compliqué. Hélas dans ce métier, ça arrivait tout de même assez souvent  à l’époque", nous assure Maxime Légier. "On avait de bonnes relations la FOX, on était d’accord" sur le fait que les choses ne pouvaient pas rester ainsi. Alors que le Millenium Condor et Chictaba ne sont plus que de mauvais souvenirs dès l’Épisode V, le nom Dark Vador choisi par Kahane - au lieu de Darth Vader - est par contre impossible à modifier, tout comme Z-6PO : les licences des produits dérivés les concernant ont déjà été vendues en France. 

Et l'imaginaire collectif des fans est déjà forgé : pour des générations de spectateurs, la version française de Star Wars Épisode IV est un trésor du passé à chérir. Écoutez attentivement ceux qui ont eu la chance de découvrir Star Wars en salles en 1977, ou les adeptes inconditionnels de la VF. Ils vous parleront certainement avec des étoiles dans les yeux de ce bon vieux Jabba le Forestier. Ainsi va la vie, ainsi va la Force. 

*La Saga Star Wars vue de la France, éditions Huginn & Muninn, 29,95 euros.

 

Guerre des étoiles

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues