Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima à l’honneur sur Arte

Mémoires de nos pères et Lettres d’Iwo Jima

Le diptyque guerrier de Clint Eastwood sera diffusé en deux soirées sur la chaîne.

Au milieu des années 2000, Clint Eastwood a voulu retracer l’histoire de la bataille d’Iwo Jima, survenue pendant la Seconde Guerre Mondiale. Afin de bien faire comprendre les enjeux des points de vue américain et japonais, le réalisateur a choisi d’en tirer deux longs-métrages et de les sortir au cinéma à quelques mois d’intervalle. Le résultat est captivant, car il prend le temps d’aborder plusieurs sujets qui tiennent à cœur au cinéaste : l’héroïsme, le patriotisme, le sacrifice…

Les films de Clint Eastwood classés du pire au meilleur

Arte s’apprête à diffuser ce diptyque événement, et pour ne pas épuiser les spectateurs, deux soirées sont prévues. Dimanche soir à 21h, place à Mémoires de nos pères, la partie américaine de l’histoire, et lundi, ce sera au tour de Lettres d’Iwo Jima, qui raconte le même conflit mais du point de vue des soldats japonais.

Fin 2006, voici ce que Première écrivait à propos du premier film : "Alors qu'on pouvait redouter un film patriotique au regard des premières images diffusées, ce nouveau film de Clint Eastwood s'avère être un film sur le patriotisme. Fidèle à lui-même le réalisateur cherche à mettre en avant l'humanité de ses personnages perdus dans le chaos de la guerre. Avec Spielberg à la production, Eastwood à la réalisation et Paul Haggis au scénario (Million Dollar Baby, Casino Royale...) le résultat ne pouvait qu'être de qualité. Malgré l'aspect grand spectacle de certaines scènes le côté commémoratif ne séduira toutefois pas tout le monde. Un film à la mémoire de qui ne touchera toutefois que de loin les Européens dans son fond. Quant à sa forme, elle est indiscutablement impressionnante."

Bande-annonce :

Et en février 2007, la rédaction avouait avoir une préférence pour sa suite : "Après le point de vue 100 % ricain, le deuxième volet du diptyque d’Eastwood raconte la bataille côté nippon. Film de guerre ? Oui, mais pas seulement. Ou plus que ça. Dans un magnifique clair-obscur (digne des maîtres du cinéma japonais), Eastwood réussit un gros film intimiste, un blockbuster humaniste dont chaque plan impose le respect et l’admiration. Pas un gramme d’exotisme, très peu de violence : juste une désolation et une mélancolie qui transcendent tout. Plus encore que le premier opus (peut-être trop « américain »), Lettres d’Iwo Jima secoue et gagne son pari toujours d’actualité : dénoncer la connerie guerrière sans jamais céder aux sirènes du manichéisme. Eastwood au sommet."

Voici la vidéo : 

Les héros du Thalys sont au cœur de la bande-annonce du prochain Clint Eastwood


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

The Greatest Showman
Sugarland
Oh Lucy !

PREMIÈRE ACTUS