Les Figures de l’ombre : comment des femmes noires ont envoyé l’homme dans l’espace

Les Figures de l'ombre

Véritable carton aux Etats-Unis, le film est devenu le grand challenger de La La Land aux Oscars.

Sur le terrain de "l'incroyable histoire vraie", Lion, le mélo avec Nicole Kidman sur le petit enfant indien trop mignon perdu à 5000 km de chez lui et recueilli par une famille australienne, a un sérieux concurrent : Les Figures de l’ombre raconte comment trois brillantes scientifiques noires, calculatrices à la NASA, ont, par leur intelligence et leur courage, fait avancer la cause des femmes et des Noirs tout en envoyant John Glenn dans l’espace.

Nous sommes en 1961 et Katherine, Mary et Dorothy sont "calculatrices" (on est avant les ordinateurs) pour la NASA. Visage du progrès et de l’Amérique moderne, l’agence spatiale parque pourtant les femmes noires dans une aile qui leur est réservée et sous-exploite ce qu’elle ne sait pas encore reconnaître comme des grands esprits. Ces trois femmes hors du commun vont pourtant parvenir, chacune dans leur domaine, à faire valoir leurs précieuses compétences et à s’imposer dans ce monde dominé par des hommes blancs. En pleine guerre froide, la course à l’espace est un enjeu majeur pour les Etats-Unis qui seront bien obligés d’utiliser tous les talents à disposition pour ne pas se faire distancer par l’URSS.

Oscars 2017 : Les Figures de l'ombre a déjà gagné

Droits civiques, girl power et conquête spatiale : Les Figures de l’ombre est un grand film feel-good, à l’histoire édifiante, qui tend à l’Amérique un miroir un peu sombre mais pas trop (ça se finit bien, John Glenn part dans l’espace, les femmes trouvent toutes leur place à la NASA qui finit par les reconnaître et on assiste même à une jolie love-story avec la nouvelle star Mahershala Ali en atout charme). Les actrices – Taraji P. Henson, Octavia Spencer et Janelle Monae - sont impeccables et incarnent chacune une variante de la femme forte, figures de battantes décidées à ne jamais s’apitoyer sur leur sort. Et on retrouve même Kevin Costner en féministe converti à la cause. Le tout est éminemment sympathique et fait l’effet d’un doudou comparé aux documentaires chocs nommés à l’Oscar du meilleur documentaire – Le 13e, Je ne suis pas votre nègre et OJ : Made in America, qui traitent tous à leur manière (brutale) la question noire américaine. Comparé, même, à Moonlight, la coming-of-age story d’un Black gay dans les ghettos de Floride infestés par le crack, qui a remporté l’Oscar du meilleur film lundi dernier.

Bande-annonce des Figures de l'ombre, en salles françaises le 8 mars prochain :

 

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir aussi

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Baby Driver
La Planète des singes - Suprématie
La Tour Sombre