Beetlejuice (1988)
Warner Bros
Beetlejuice (1988)
Warner Bros
Beetlejuice (1988)
Warner Bros
Beetlejuice (1988)
Warner Bros
Beetlejuice (1988)
Warner Bros
Beetlejuice
Warner Bros
Beetlejuice
Warner Bros
Beetlejuice
Warner Bros
Beetlejuice
Warner Bros
Beetlejuice
Warner Bros
Beetlejuice (1988)
Beetlejuice (1988)
Beetlejuice (1988)
Beetlejuice (1988)
Beetlejuice (1988)
Beetlejuice
Beetlejuice
Beetlejuice
Beetlejuice
Beetlejuice

Laissez-vous envoûter par Tim Burton et Harry Belafonte.

À l'heure du confinement général, l'envie de danser vous démange ? Première vous propose de (re)voir quelques scènes dansantes cultes du cinéma et des séries télé...  Aujourd'hui, place au rythme du calypso !

Pour Beetljuice, sorti en 1988 au cinéma, Tim Burton a fait appel à Danny Elfman -qu'il retrouvera très souvent par la suite- pour composer la musique, et il a aussi intégré quelques morceaux de Harry Belafonte : "Day-O (The Banana Boat Song)","Man Smart, Woman Smarter", "Sweetheart from Venezuela" et "Jump in the Line (Shake, Senora)". La première et la dernière chanson rythment deux scènes de danse mémorables : celle du dîner, où les convives de Delia et Charles Deetz (Catherine O'Hara et Jeffrey Jones) sont soudain pris d'une envie irrésistible de se déhancher, et celle de fin, avec Lydia (Winona Ryder) qui s'envole dans les airs pendant que des fantômes se dandinent dans les escaliers. Deux séquences devenues cultes, qui ont pourtant failli être très différentes.

Beetlejuice : comment Michael Keaton a donné vie au personnage culte de Tim Burton

"Day-O (The Banana Boat Song)"
En 2018, à l'occasion des 30 ans du film, le magicien Dick Cavey, qui apparaît justement lors du dîner, révélait que Tim Burton avait rencontré pas mal de difficultés pour concevoir cette séquence. Dans le script d'origine, elle n'était pas dansante, les convives étant attachés sur leurs chaises par des esprits maléfiques. La musique devait être tirée d'un album de The Ink Spots, un groupe de chanteurs précurseur du doo-woop qui a connu un grand succès dans les années 1930. C'est Catherine O'Hara qui a évoqué l'idée d'un calypso, et la production a fini par acquérir les droits de plusieurs chansons de Harry Belafonte. Une fois sur le plateau, cette seule séquence a demandé trois jours de travail, car en plus de la chorégraphie spécifique des comédiens -les personnages sont envoûtés par la musique et semblent avoir perdu le contrôle de leur corps- Tim Burton a dû trouver un moyen de réussir sa chute : lors des essais, les mains sortant des assiettes pou agripper les visages des invités tombaient rarement juste. Les animateurs cachés sous la table ne voyaient rien et ne cessaient de rater leurs cibles ! Cavey explique avoir soumis l'idée de tourner ce passage à l'envers, les acteurs commençant la scène la tête enfouie dans une main, puis se reculant en dansant : "Je suis passé pour un génie, mais je suis sûr que d'autres gens y avaient pensé sur le plateau !"

Une fois bouclée, Tim Burton n'était pas certain de la pertinence de cette séquence, qu'il ne trouvait pas aussi drôle que prévue, mais les projections tests l'ont rassuré, elle a été conservée et est devenue culte à la sortie du film. Elle est d'ailleurs adorée par le casting, au point que Glenn Shadix, l'interprète d'Otto, a demandé à ce que le morceau soit joué le jour de ses funérailles. Un souhait respecté à sa disparition, en 2010.

Beetlejuice : Alyssa Milano a failli avoir le rôle de Winona Ryder

"Jump in the Line (Shake, Senora)"
L'autre danse mémorable du film arrive à la toute fin, une fois que Beetlejuice (Michael Keaton) est coincé dans la salle d'attente de l'après-vie et que le couple de fantômes (Geena Davis et Alec Baldwin) a appris à cohabiter en paix avec la famille d'humains. Comblée par ce dénouement heureux, la jeune Lydia s'envole dans les airs en se déhanchant au rythme entêtant du calypso. Cette séquence aussi a demandé pas mal d'effets-spéciaux, notamment pour y intégrer l'équipe de footballeurs américain récemment décédés se mettant à danser en arrière-plan, dans l'escalier. Le résultat est particulièrement joyeux et entraînant. Pourtant, là aussi, le scénario d'origine prévoyait un passage plus sombre : pour vivre en paix avec ses nouveaux amis, il était prévu que Lydia décède ! Une fin jugée trop "dark" par la production qui a demandé à Warren Skaaren (Le Flic de Beverly Hills 2, Batman) de revoir le script de Michael McDowell (L'Etrange Noël de Monsieur Jack) pour l'adoucir un peu.

Beetlejuice : la suite est morte et enterrée