Sharon Stone Ratched
Netflix

À l'affiche de Ratched, la star confie à Première s'inquiéter du chemin emprunté par le Hollywood du XXIe siècle, permettant aux séries limitées de prendre une place laissée vacante par le 7e art.

On ne peut pas dire que Sharon Stone soit une star de télévision. C'est évidemment au cinéma que la blonde incendiaire a fait naître sa légende, dans la peau de la tueuse de Basic Instinct, de la femme de mafieux de Casino, ou de la flingueuse de Mort ou Vif. Mais ces derniers temps, c'est bien sur le petit écran que l'actrice de 62 ans trouve des rôles à sa mesure. Passée par New York Unité Spéciale, mais aussi par Mosaic ou plus récemment devant la caméra de Paolo Sorrentino pour une apparition jubilatoire dans The New Pope, c'est à la télévision que Sharon Stone trouve aujourd'hui des rôles à sa mesure. Et elle n'en fait pas mystère :

"Je crois qu'on est arrivé à un point où la télévision a mangé le cinéma", confie-t-elle à Première. "Les studios ont perdu une partie de leur vision. Ils ont gagné tellement d'argent avec les blockbusters ces dernières années, qu'ils ont perdu de vue les films moins populaires et le principe du 80/20. On ne peut pas faire qu'une seule sorte de films, ou de quoi que ce soit d'ailleurs. Il faut une base, qui supporte la structure. Tout se construit comme une pyramide. Et j'ai le sentiment que le système des studios hollywoodiens s'est détruit lui-même, par pure cupidité", analyse Sharon Stone, qui regrette cette obsession du carton au Box Office. "Du coup, on n'a plus l'opportunité de faire ces films très cool, entre 40 et 60 millions de dollars de budget. Des films noirs par exemple, ou ces films amusants qu'on adore tous. Et la télévision a pris la place. Elle s'est mise à occuper ce créneau en faisant des séries limitées. Tout cela vient de la perte du sens commun des studios, qui ont commencé à mettre en place des gens du marketing, des dirigeants de grosses compagnies, qui ne connaissaient rien au cinéma, à des postes décisionnaires. Parce qu'ils voient le cinéma comme un business. Cela revient à élire un animateur de télévision à la Présidence..."


Ainsi, l'actrice sera dès vendredi au casting de sa première série Netflix. Dans Ratched, elle jouera Lenore Osgood, une excentrique milliardaire affublée d'un petit singe, et obsédée par la vengeance. Une production signée Ryan Murphy, qui voulait absolument travailler avec elle. Et l'admiration est visiblement réciproque : "Il m'a emmenée déjeuner un jour pour me dire qu'il était en train d'écrire un rôle pour moi. J'adore son travail, il a fait des choses extraordinaires", nous explique Sharon Stone, avant de développer :

"Je venais juste de voir Hollywood sur Netflix, qui était incroyablement génial. La performance de Dylan McDermott y est démentielle. Dans chacune de ses séries, il rend ses acteurs excellents. Il y a toujours quelqu'un qui crève l'écran. Par exemple Darren Criss dans The Assassination of Gianni Versace ! Il incite à un engagement total. Il écrit des rôles incroyables, mais au-delà de ça, il met les petits plats dans les grands en matière de costumes, en matière de décors. Dès qu'on commence à travailler avec l'équipe de Ryan Murphy, on comprend qu'on est soutenu, porté pour faire une grande prestation. Qu'on peut y aller à fond. Parfois, on décroche un rôle, et on comprend qu'on ne peut pas donner libre court à son art, parce que l'environnement n'est pas propice à cela. Chez Ryan Murphy, on réalise tout de suite qu'on pourra vraiment faire le job, jusqu'au bout. Tout est tellement bien structuré, c'est un tel visionnaire, qu'il signe le genre de productions dans lesquelles on a envie de s'investir à corps perdu".

Ratched sharon stone
Netflix

Tant et si bien qu'il est parfois difficile de sortir d'un rôle tordu comme celui de Lenore dans Ratched : "Quand on joue un personnage fou, le plus délicat, c'est de réussir à s'en débarrasser à la fin de la journée de tournage, et réussir à le retrouver le lendemain matin. C'est difficile de sortir complètement du rôle et de réussir à se remettre dedans. Cela vous touche à un niveau subliminal. Ca vous affecte quand vous dormez, ça vous affecte dans votre estime de soi, ça rince vraiment..."

Ratched, saison 1 en 8 épisodes, à voir sur Netflix à partir du vendredi 18 septembre.

A lire aussi sur Première