DR

Les contes de Disney version trash

L'illustratrice Rachael Wise pervertit les codes de l'univers Disney, avec sa série Fairy Tales, version glauque des personnages cultes du studio américain. Tandis que la mignonne Boucle d'or, persécutée par trois oursons dans l'histoire originelle, tient un trio d'ursidés en laisse façon princesse SM, l'héroïne de La belle et la bête, fringuée comme une escort girl, se prélasse sur les genoux d'un sexagénaire dégoulinant d'oseille. Une légende au vitriol en caractères de vieux grimoire est inscrite en-dessous de chaque dessin, boutade envoyée au naïf "et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants".Ces créations font rentrer en collision l'univers chaste et guimauve des films d'animation Disney avec des situations salement réalistes. Les codes du "Bien" prônés par le géant du gnangnan sont défigurés, piétinés, avilis. Un décalage rafraîchissant. Pour Rachael Wise, la petite sirène n'a pas troqué ses nageoires pour une paire de jambes d'un coup de baguette magique. Non : elle s'est mutilée à la dague et déambule désormais sur la terre ferme avec des jambes bioniques, le reste de son corps ensanglanté gisant sur le sable fin. Les personnages féminins ne sont pas les seuls à être outragés par l'artiste : Peter Pan en prend aussi pour son grade. Le secret de sa jeunesse éternelle ? Des bons vieux coups de bistouri.Adrian de San Isidoro