DR

Les studios de James Bond et Star Wars veulent attirer davantage les productions américaines. 

Avec 57% de hausse de leurs bénéfices sur l’année 2015 (avant les impôts), on peut dire que les studios londoniens de Pinewood se portent bien. Notamment grâce aux longs et coûteux tournages de 007 Spectre et Star Wars : Le Réveil de la force, qui ont par la suite cartonné au box-office et donc largement remboursé leurs frais. Alors que le Royaume-Uni est en train de quitter l’Europe, les experts en économie s’inquiètent, notamment à propos de l’industrie du cinéma et de la télévision, mais le directeur général de Pinewood Ivan Dunleavy pense que la chute du cours de la livre sterling incitera les Etats-Unis à davantage venir tourner leurs productions dans ses locaux : « Le résultat du référendum au Royaume-Uni sur l'adhésion de l'UE est maintenant connu. Dans le cadre de notre activité, la baisse du taux de change de la livre sterling est sans aucun doute positif pour nos clients internationaux. »

Depuis les résultats du référendum le 24 juin dernier, la livre a chuté de plus de 10% par rapport au dollar. Si plusieurs entreprises anglaises ont anticipé la baisse, les services vendus à l'étranger sont devenus moins chers en raison du Brexit. Dans le cas de Pinewood, l’intérêt est d’attirer les investisseurs étrangers. Ainsi, il serait moins cher pour Hollywood de délocaliser le plus possible ses tournages - ce qui est déjà plus ou moins le cas avec l’arrivée toujours plus massive des blockbusters américains et de séries télé à gros budget en Angleterre. Le risque d’amputer les productions locales n’est toutefois pas à écarter. De nombreuses personnalités britanniques du 7ème art telles que Benedict Cumberbatch ou Keira Knightley se sont mobilisées contre le Brexit. 

282 artistes britanniques se mobilisent pour le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne

Le mois dernier, Michael Ryan, président de l'association de l'industrie cinéma et audiovisuelle indépendante, a fait part de son angoisse par rapport à la dépendance aux aides européennes que le Brexit engendre sur les films britanniques : « A partir d'aujourd'hui, nous ne savons plus comment nous allons fonctionner avec les co-producteurs, les financiers, les distributeurs, si nous allons devoir payer de nouvelles taxes sur nos activités dans le reste de l'Europe ou comment nous allons financer de nouvelles productions sans l'aide des agences de financement européennes. »

Le Brexit est une catastrophe pour le cinéma et l'audiovisuel britanniques

Pendant ce temps, le tournage de Star Wars VIII suit son cours chez Pinewood et prendra fin officiellement le 22 juillet. Les actions du studio, quant à elles, ne cessent de grimper avec 2.2% d’augmentation jusqu’à aujourd’hui.

Teaser de Star Wars VIII réalisé par Rian Johnson