Hasard du calendrier, cet été Shyamalan concurrence son idole Spielberg, sur le terrain du blockbuster old school. Si Le Royaume Du Crâne du Cristal a pu nous faire douter de notre capacité à s’émerveiller devant la grande machinerie hollywoodienne, Phénomènes nous a fendu la rétine à grands coup de fulgurances poético-morbides. Soulagement : nôtre âme de gosse ne s’est pas évaporée dans la tiédeur ambiante du cinoche ricain.