Date de sortie 10 octobre 2018 2018
Durée 112 mn
Réalisé par Ruben Fleischer
Avec Tom Hardy , Michelle Williams , Riz Ahmed
Scénariste(s) Jeff Pinkner, Kelly Marcel, Scott Rosenberg, Will Beall
Distributeur Sony Pictures Releasing (France)
Année de production 2018
Pays de production Etats-Unis
Genre Film fantastique
Couleur Couleur

Synopsis

Spin-off de Spider-Man sans lien avec le Marvel Cinematic Universe.

Infos de la rédaction

Actualisation du 19 mai 2017 : Tom Hardy a été annoncé dans le rôle-titre de Venom, qui sera réalisé par Ruben Fleischer (Bienvenue à Zombieland).

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Dernières News

Venom a battu Deadpool 2 et Ant-Man et la Guêpe au box-office mondial

Il devient le 4e super-film de 2018 après Avengers 3, Black Panther et Les Indestructibles 2.

Photos

AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
Sony Pictures Releasing France / Columbia Pictures / Sony Pictures
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE
AFFICHE

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, Affiche

Venom, affiche

Venom, affiche

Casting

Tom Hardy
Eddie Brock / Venom
Riz Ahmed
Carlton Drake
Jenny Slate
Dora Skirth

Critiques

  1. Première
    par François Léger

    Après les échecs critiques des films The Amazing Spider-Man, Sony a concédé en 2017 à partager les droits du Tisseur avec Disney/Marvel. De cette entente inédite entre les deux studios est né Spider-Man : Homecoming, nouveau reboot du personnage, qui évolue désormais au côté des Avengers. Sony aurait pu s’arrêter là, profiter des royalties et laisser l’ancienne concurrence faire le boulot. Sauf que le contrat stipulait que la firme avait toujours le droit d’exploiter au cinéma les personnages secondaires de l’univers Spider-Man. Ni une, ni deux, Venom était dans les tuyaux, avec pour objectif de monter un « cinematic universe » parallèle. Déjà incarné sur grand écran dans Spider-Man 3 par Topher Grace, l’ennemi emblématique de Spidey est donc de retour dans son propre long-métrage, sous les traits de Tom Hardy et la direction de Ruben Fleisher (Bienvenue à Zombieland, Gangster Squad).

    L’histoire d’Eddie Brock, reporter d’investigation à succès qui se retrouve contaminé par un symbiote extraterrestre à la force surhumaine. La bestiole a été ramenée chez nous par un PDG malfaisant, copie conforme d’Elon Musk (Riz Ahmed, qui fait tout juste le job), bien décidé à fusionner l’humain et l’alien dans le but de permettre à l’Homme de vivre dans l’espace. Dopé aux retournements de situation et aux coïncidences improbables, le film ne fonctionne qu’en ruptures de ton maladroites. Fleisher passe sans avertissement du thriller fantastique à la comédie cartoonesque gênante, et finit par tout transformer en pastiche (le genre super-héroïque, les dialogues, Tom Hardy lui-même). 

    La schizophrénie de Brock - le symbiote lui parle et peut prendre le contrôle de son corps - est malheureusement bien vite évacuée au profit d’une succession interminable de scènes d’action surdécoupées. Malgré un budget effets spéciaux conséquent, Venom a des airs de blockbuster mal dégrossi des années 90. Hardy y va visiblement de bon coeur, mais disparaît sous ses grimaces incessantes et des séquences gaguesques absurdes qui foutraient la honte à n’importe quel acteur de série Z. Le souvenir de la star en train de croquer dans un homard vivant nous hantera longtemps. 

    Après un troisième acte sans surprises (vraiment aucune), le film tease sa suite à l’aide d’une scène post-générique où un grand acteur, maquillé et coiffé comme Tahiti Bob des Simpson, perd toute dignité. Au secours.