Date de sortie 19 juillet 2017
Durée 115 mn
Réalisé par Dome Karukoski
Avec Pekka Strang , Jakob Oftebro , Werner Daehn
Scénariste(s) Aleksi Bardy
Distributeur Rezo Films
Année de production 2017
Pays de production Finlande, Allemagne, ISLANDE
Genre Biographie
Couleur Couleur

Synopsis

Touko Laaksonen, officier héroïque de la Seconde Guerre mondiale, est de retour en Finlande. Mais la vie à Helsinki n’est pas de tout repos. La persécution contre les homosexuels est insidieuse les contraignant le plus souvent à se marier et avoir des enfants. Touko trouve alors refuge dans l’art dessinant dans le plus grand secret des hommes musclés, désinhibés et fiers d’être gays.

Toutes les séances de Tom of Finland

Photos de Tom of Finland

DR

Casting de Tom of Finland

Pekka Strang
Touko Laaksonen alias Tom of Finland

Critiques de Tom of Finland

  1. Première
    par Anouk Brissac

    Célébré dans son pays mais mal connu chez nous (ne nous est parvenu que son Heart of a Lion en 2014), le réalisateur finlandais Dome Karukoski pourrait changer la donne en un film (son 7ème) et quelques coups de crayons. Ceux, joyeusement lubriques, tracés par son héros, Touko Laaksonen, alias Tom of Finland, qui, dans les années 60-70, tira le fil manquant entre de très secrets fantasmes porno gay et la pop culture. S’il est aujourd’hui reconnu comme un dessinateur-phare de l’homo-érotisme contemporain, inventeur d’une imagerie débridée peuplée de garçons aux courbes exagérément culturistes, émanations de professions viriles (marins, flics, militaires) ultra sexualisées, fesses sanglées de cuir, jambes plantées dans des bottes de motard, son parcours fût semé d’embûches. Le film le retrace, de sa jeunesse de soldat à ses années sombres de planqué dans une Finlande où l’homosexualité est alors illégale, à –enfin - la lumière du soleil californien où ses dessins très cul, qu’il fît voyager en douce à L.A., vont éblouir une communauté homo en pleine ébullition pré-Village People. Malgré son ADN « hot », le film reste un biopic plutôt lambda qui peine à l’allumage, alourdi par des métaphores (bombes qui explosent/éjaculation) et un démarrage qui multiplie allers-retours, ellipses et « visions » de l’artiste. Mais ce bémol narratif est vite compensé par l’intérêt du sujet et la satisfaction de mettre un nom, un sens et une origine sur une iconographie qui influença des générations de créateurs, de Helmut Lang à Pierre&Gilles en passant par Robert Mapplethorpe.