Titre original The women
Date de sortie 3 juin 2009
Réalisé par Diane English
Avec Meg Ryan , Annette Bening , Eva Mendes
Scénariste(s) Diane English
Distributeur TFM Distribution
Année de production 2009
Pays de production US
Producteurs Mick Jagger Diane English
Genre Comédie dramatique
D’après l’œuvre de Jane Murfin Anita Loos

Synopsis

Mary est mariée à Stephen Haines, un homme d'affaires new-yorkais. Fidèle à son époux et mère d'une fillette, elle est entourée d'"amies", dont Sylvia Fowler, la comtesse DeLave, et Miriam Aarons, qui savent quelque chose qu'elle ignore : son mari la trompe avec Crystal Allen, une vendeuse arriviste...

Offres VOD

MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
SFR SD SFR 2.99 € Louer
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Photos

DR
Claudette Barius
Claudette Barius
Claudette Barius
Claudette Barius
Claudette Barius
Claudette Barius
Claudette Barius

The Women

Hand-out

Hand-out

Hand-out

Hand-out

Hand-out

Hand-out

Hand-out

Critiques

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Ce premier long de Diane English, scénariste de la série télé Murphy Brown, est l’adaptation d’une pièce de théâtre des années 30 qui donna déjà un chef-d’œuvre au cinéma : Femmes de George Cukor. « Véhicule » pour stars féminines (pas un homme à l’horizon bien que l’on ne parle que d’eux), cette version, tout en collant à l’originale, perd de vue son intérêt initial, à savoir faireun portrait satirique des femmes oisives de la haute bourgeoisie américaine. La libération de la femme et Sex and the City étant passés par là, nous sommes ici face à un quatuor, genre panel représentatif, où Sylvia la patronne de presse célibataire, Edie la poule pondeuse, Alex la lesbienne et Mary la femme au foyer trompée par son mari discutent gentiment de leurs problèmes existentiels. Là où Cukor maniait la rosserie avec panache et parlait de rapports de classes, Diane English ne révèle rien d’autre sur son époque que des clichés platement écrits, débités par des actrices en roue libre. Seule Annette Bening est moins factice dans son apparence (incroyable, cette femme a des rides !) et plus profonde dans sa souffrance. Elle n’a presque rien à jouer mais propulse Sylvia au rang d’héroïne complexe.