Date de sortie 14 octobre 2015
Durée 84 mn
Réalisé par Alain Gagnol, Jean-Loup Felicioli
Scénariste(s) Alain Gagnol
Distributeur Diaphana distribution
Année de production 2015
Pays de production France, Belgique
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

 

Leo, 11 ans, possède un pouvoir extraordinaire. Avec Alex, un policier, il se lance à la poursuite d’un vilain gangster qui veut s’emparer de New York à l’aide d’un virus informatique. À eux deux, ils ont 24 heures pour sauver la ville…

Offres VOD de Phantom Boy

MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 9.99  € Acheter
CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Imineo HD SD Imineo 5.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Toutes les séances de Phantom Boy

Photos de Phantom Boy

DR
DR
Diaphana Distribution / Folimage / Lunanime
Diaphana Distribution / Folimage / Lunanime
Diaphana Distribution / Folimage / Lunanime
Diaphana Distribution / Folimage / Lunanime
Diaphana Distribution / Folimage / Lunanime
Diaphana Distribution / Folimage / Lunanime

Phantom Boy

Phantom Boy

Phantom Boy

Phantom Boy

Phantom Boy

Phantom Boy

Phantom Boy

Phantom Boy

Critiques de Phantom Boy

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Cinq ans après "Une vie de chat", on retrouve le trait à la craie grasse si particulier d’Alain Gagnol et de Jean-Loup Felicioli, qui donne une poésie unique à leurs aventures animées. Tout comme leur précédent long métrage, "Phantom Boy" s’adresse à la fois aux enfants et aux adultes. Le jeune héros, atteint d’un cancer, est capable de sortir de son corps et de survoler New York pour informer un policier immobilisé par un plâtre (clin d’œil à "Fenêtre sur cour") des agissements d’un superméchant à la gueule cassée. Les scènes d’action humoristiques font mouche et la métaphore sur l’héroïsme – le vrai, celui qui consiste à combattre la maladie – évite intelligemment le chantage à l’émotion.

  2. Première
    par Christophe Narbonne

    Cinq ans après Une vie de chat, on retrouve le trait à la craie grasse si particulier d’Alain Gagnol et de Jean-Loup Felicioli, qui donne une poésie unique à leurs aventures animées. Tout comme leur précédent long métrage, Phantom Boy s’adresse à la fois aux enfants et aux adultes. Le jeune héros, atteint d’un cancer, est capable de sortir de son corps et de survoler New York pour informer un policier immobilisé par un plâtre (clin d’œil à Fenêtre sur cour) des agissements d’un superméchant à la gueule cassée. Les scènes d’action humoristiques font mouche et la métaphore sur l’héroïsme – le vrai, celui qui consiste à combattre la maladie – évite intelligemment le chantage à l’émotion.