Date de sortie 7 mai 2014
Réalisé par Benjamin Guedj
Avec Baptiste Lecaplain , Charlotte Le Bon , Félix Moati
Scénariste(s) Benjamin Guedj
Distributeur Gaumont
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Sébastien n’a qu’une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c’est son canapé. Sa vie il ne veut pas la vivre mais la contempler.Mais aujourd’hui, si tu ne fais rien... tu n’es rien.Alors poussé par ses deux colocs, qui enchainent stages et petits boulots, la décidée Anna et le pas tout à fait décidé Bruno, Sébastien va devoir faire ... un peu.Adaptation du roman Libre, seul et assoupi de Romain Monnery

Offres VOD

Imineo SD HD Imineo 5.99 € Louer 9.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
FTV SD FTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FNAC SD HD FNAC 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 11.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos

Libre et Assoupi

Critiques

  1. Première
    par Daniel De Almeida

    En 1967, année de la création de l’ANPE, Yves Robert filmait, dans Alexandre le Bienheureux, la reconversion d’un agriculteur en paresseux patenté après le décès de son esclavagiste de femme. On espérait que Libre et assoupi parviendrait à adapter au secteur tertiaire la figure libertaire et si française du flemmard sensible. Malheureusement, malgré quelques scènes savoureuses (notamment entre Lecaplain et Podalydès à Pôle emploi), le film de Benjamin Guedj succombe rapidement à une mollesse narrative que son casting ne sublime que rarement. Félix Moati est certes impeccable en branleur lunaire et Charlotte Le Bon crédible à mi-temps dans son rôle de précaire pas dupe. En revanche, Baptiste Lecaplain peine à convaincre en héros de la glande. Par intermittence, le réalisateur parvient à esquisser le portrait d’une génération tiraillée entre l’angoisse du chômage et celle de la déprime salariée. Mais son éloge fainéant de la paresse nous laisse finalement moins libre qu’assoupi.