Titre original Blood, the last vampire
Date de sortie 17 juin 2009
Réalisé par Chris Nahon
Avec Gianna Jun , Allison Miller , KOYUKI
Scénariste(s) Ronny Yu
Distributeur Pathé Distribution
Année de production 2009
Pays de production FR,HK
Genre Film fantastique, Thriller

Synopsis

Tokyo, 1970. Saya, une jeune chasseuse de vampires à la solde d'une unité spéciale du gouvernement, infiltre le lycée d'une base aérienne américaine.

Offres VOD

Imineo SD Imineo 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
SFR SD HD SFR 4.99 € Louer
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances

Photos

DR
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ
PRODUCTION / EAST WING HOLDINGS CORP / SAJ

Blood, the last vampire

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

BLOOD : THE LAST VAMPIRE (2009)

Critiques

  1. Première
    par Gael Golhen

    Furie digitale de quarante-huit minutes, ce manga horrifique qui racontait l’histoire d’une chasseuse de vampires infiltrée dans un campus américain représentait une vraie révolution technique et esthétique (le numérique n’avait jamais atteint cette qualité et cette fluidité). Pas sûr que Cameron penserait la même chose de cette adaptation en prises de vues réelles qui tente de copier – parfois plan par plan – l’original. Durant quelques minutes, Chris Nahon fait illusion en compilant des hommages à Suzuki, au teen movie US et à la série B sixties dans un grand shaker pop et bariolé. Amusant, mais très vite insuffisant. Produit par l’inénarrable Ronny Yu,
    le film enchaîne les scènes d’action affligeantes, traîne son vague scénario et empile les clichés régressifs.
    Lorsque son monstre au corps de lézard apparaît sur les toits de Tokyo, la messe est dite. Kung-fu, hémoglobine, pif-paf. On passe le temps en scrutant Ji-Huyn Jun, sublime en amazone habitée par
    la soif de vengeance...