Date de sortie 21 décembre 2016
Réalisé par Nicolas Benamou
Avec José Garcia , André Dussollier , Charlotte Gabris
Scénariste(s) Frederic Jardin, Fabrice Roger-Lacan, Nicolas Benamou
Année de production 2015
Pays de production france
Genre Comédie

Synopsis

Une famille embarque dans son monospace flambant neuf, au petit matin, afin d'éviter les embouteillages pour les vacances d’été. Tom, le père, enclenche son régulateur de vitesse électronique sur 130 km/h. Au moment où une dernière bourde de Ben, le beau-père, pousse Julia, excédée, à demander qu'on fasse demi-tour, Tom s'aperçoit qu'il ne contrôle plus son véhicule. L'électronique de bord ne répond plus, la vitesse est bloquée à 130 km/h. Toutes les manœuvres pour ralentir la voiture emballée restent sans effet. Une voiture folle, six passagers au bord de la crise de nerfs et un embouteillage monstre qui les attend à moins de deux cents kilomètres de là...

Dernières News

À fond, avec José Garcia : le teaser vrombissant !

Le nouveau film du réalisateur de Babysitting promet de dépoter.

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    Coréalisateur des deux Babysitting, Nicolas Benamou se lance en solo avec cette comédie déjantée high concept qui voit une famille bloquée dans une voiture folle sur la route des vacances. Fidèle au style qui a fait le succès de Babysitting, Benamou mise tout sur l’exagération : des situations, des gags, de l’interprétation. Mais tout le monde ne maîtrise pas les codes de cet humour particulier. Si José Garcia a naturellement le sens du ridicule, il n’en va pas de même pour André Dussollier qu’on a rarement vu aussi mal à l’aise dans la peau d’un grand-père immature, collectionneur de femmes (qui mate les fesses de jeunettes de 20 ans, hum) et gaffeur patenté. Globalement, les scènes de comédie et les dialogues tombent à plat et la plupart des personnages secondaires sont ratés -la palme du mauvais goût revenant à Florence Foresti et à son interprétation too much d’une gendarme fan de ping pong. En termes d’action pure, en revanche, À fond est plutôt convaincant. Benamou, as du découpage qui recourt encore une fois à différents types de caméra pour accentuer la folie ambiante, parvient à faire tenir tout le monde dans la voiture sans temps morts, pendant une heure, ce qui n’est pas un mince exploit. Le final, ultraspectaculaire, qui évoque les belmonderies les plus dingues (on pense au Guignolo), fait pour sa part regretter le manque de rigueur scénaristique.