Sandrine Bonnaire
Avis: 
Date de naissance: 
30 mai 1967 (âge : 50 ans)
Sexe: 
Femme
Profession: 
Réalisatrice, Actrice, Scénariste

Biographie: 

Sandrine Bonnaire est une actrice et réalisatrice française née le 31 mai 1967 à Gannat, dans l'Allier. Mariée à Guillaume Laurant, elle est célèbre pour ses rôles dans les films A nos Amours, Sans toit ni loi, Jeanne la pucelle, La cérémonie ou encore Salaud, on t'aime. Côté réalisation on lui doit le film J'enrage de son absence. Elle n'a aucun lien de parenté avec Jean-Paul Bonnaire.Née dans l'Allier, Sandrine Bonnaire grandit à Grigny en banlieue parisienne dans une famille de dix enfants. Sa jeunesse est marquée par plusieurs drames familiaux : mort de son frère aîné et le basculement dans l’autisme de sa sœur. Elle commence un CAP Coiffure tout en montrant un vif intérêt pour le cinéma. Le père d’une de ses amies lui propose de travailler comme figurante pour le film La Boum 2. Elle réitère l’expérience avec les Sous-doués en vacances.Doublement césariséeA 16 ans, sa vie et sa carrière connaissent un tournant lorsque Maurice Pialat la repère et l’engage pour tourner dans les Meurtrières. Le projet est abandonné mais Pialat lui offre le premier rôle d’A nos Amours. Elle y joue le rôle de Suzanne, une adolescente qui enchaîne les liaisons et redoute d’être incapable d’aimer véritablement. Son interprétation et sa maturité séduisent la critique et elle obtient le César du meilleur jeune Espoir.Ce film lui ouvre de nombreuses portes et de nombreux réalisateurs font appel à elle, notamment Doillon (La Puritaine) ou Marc Angelo (Tir à vue). En 1985, elle obtient un César de la Meilleure actrice pour son personnage de clocharde dans Sans toit ni loi, de Varda. Elle retrouve Pialat, son pygmalion, en 1985 pour Police et surtout en 1987 pour Sous le Soleil de Satan. Ce film basé sur une relation équivoque et malsaine entre Mouchette, jouée par Bonnaire, et le curé d’un village, bouleverse le public. Le film obtient une Palme d’Or très controversée et Bonnaire confirme son statut d’égérie du cinéma d’auteur.Des rôles fortsSi Bonnaire se voit offrir quelques rôles dans des films plus légers (Le meilleur de la vie), elle est surtout habituée à des personnages graves et sombres et des rôles forts. Au début des années 1990, elle devient la Jeanne d’Arc de Rivette pour un film historique en deux volets (Jeanne la Pucelle, les prisons et les batailles) et raconte cette expérience de tournage dans Le roman d’un tournage.En 1995, l’actrice reçoit un prix d’interprétation à Venise pour la Cérémonie de Chabrol et son personnage de domestique analphabète et dévouée. Cette nouvelle consécration se double d’un succès public. A la fin des années 1990, Bonnaire, jusque-là surtout appréciée de la critique et de la profession, s’oriente vers des films plus accessibles, sinon commerciaux. Elle tourne dans des comédies (Est-Ouest, C’est la vie, Mademoiselle) et devient chirurgienne dans la série Une femme en blanc. En 2006, elle travaille à nouveau pour la télévision dans Le procès de Bobigny. Dans ce téléfilm à gros budget, elle incarne la mère d’une jeune fille jugée pour avoir avorté, au début des années 1970. Elle continue cependant à jouer dans des films plus intimistes (L’Equipier, Confidences trop intimes).Premières réalisationsAprès une longue carrière d’actrice et de multiples récompenses, Sandrine Bonnaire fait ses débuts comme réalisatrice avec Elle s’appelle Sabine. Dans ce documentaire, sélectionné en 2007 à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, elle filme sa sœur Sabine, devenue progressivement autiste, en mêlant images d’archives familiales et tournage dans le centre d’accueil ou sa sœur est hospitalisée. Elle s’oriente également vers l’écriture et scénarise J’te souhaite au revoir, un film réalisé par son mari Guillaume Laurant. A cette période, le public peut également la retrouver à l'affiche de films comme Je crois que je l'aime (2007) de Pierre Jolivet, Un coeur simple (2007) de Marion Laine, L'empreinte de l'ange (2008) de Safy Nebbou ou encore Joueuse (2009) de Caroline Bottaro.Il faut ensuite attendre l'année 2012 pour la retrouver, mais derrière la caméra, puisque cette année-là elle réalise son premier long métrage de fiction, J'enrage de son absence, dans lequel elle dirige William Hurt et Alexandra Lamy. En 2014, c'est sous la direction de Claude Lelouch, aux côtés de Johnny Hallyday et Eddy Mitchell dans Salaud, on t'aime, qu'elle retrouve le haut de l'affiche.Vie privéeMariée au réalisateur Guillaume Laurant, Sandrine Bonnaire a donné naissance à une fille, Adèle, en 2004.

Films réalisés par Sandrine Bonnaire

Dernières news sur Sandrine Bonnaire

Emmanuel Macron, les coulisses d'une victoire
09/05/2017 - 11:00

La première chaîne domine les audiences avec les coulisses de la course présidentielle d’Emmanuel Macron.

Première Cinéma Club Sous le Soleil de Satan
04/01/2016 - 16:45

Le jeudi 7 janvier au cinéma Les Fauvettes à Paris, la scénariste du film de Maurice Pialat présentera la Palme d’Or 1987 au public.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues