Maurice Jarre
Avis: 
Date de naissance: 
12 septembre 1924 (âge : 84 ans)
Date de décès: 
28 mars 2009
Sexe: 
Homme

Biographie: 

Après le Conservatoire de Paris, il se fait connaître par ses musiques de scène pour le Théâtre national populaire. C'est Georges Franju qui lui demande la partition de son premier court métrage (Hôtel des Invalides, 1952) puis de la Tête contre les murs (1959). On découvre alors un musicien original, affectionnant les petits ensembles insolites, les sonorités un peu précieuses, les mélodies égrenées délicatement, et c'est dans sa longue collaboration avec Franju que s'épanouit pleinement cet aspect de son talent (les Yeux sans visage, 1960 ; Pleins Feux sur l'assassin, 1961 ; Thérèse Desqueyroux, 1962 ; Judex, 1964), ainsi que dans des titres comme les Dimanches de Ville-d'Avray (S. Bourguignon, 1962) ou Un roi sans divertissement (F. Leterrier, 1963). Il signe en 1962 les partitions de deux superproductions internationales : le Jour le plus long ( PRO : D. ZANUCK) et Lawrence d'Arabie (D. Lean), qui décident du nouveau cours de sa carrière. Il y opte pour le principe d'un thème unique, aisé à retenir et à fredonner, orchestré avec plus d'emphase que de subtilité, et le succès de la formule le condamne à la répéter. D'autres titres : Docteur Jivago (D. Lean, 1965) ; Paris brûle-t-il ? (R. Clément, 1966) ; les Professionnels (R. Brooks, 1966) ; Isadora (K. Reisz, 1969) ; les Damnés (L. Visconti, id.) ; l'Étau (A. Hitchcock, id.) ; l'Homme qui voulut être roi (J. Huston, 1975) ; le Dernier Nabab (E. Kazan, 1976) ; le Tambour (V. Schlöndorff, 1979) ; la Route des Indes (D. Lean, 1984) ; Julia et Julia (P. del Monte, 1987) ; Gorilles dans la brume (M. Apted, 1989) ; le Cercle des poètes disparus (P. Weir, id.) ; Ghost (Jerry Zucker, 1990).

Les people associés à Maurice Jarre

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Nos dossiers du moment

Les plus vues