breaking bad walter white
amc

"Je crois que c'est son credo !"

"I am not in danger, I am the danger… I am the one who knocks !" En six saisons de Breaking Bad, Walter White a sorti quelques répliques sévèrement mémorables. Mais quelle est celle qui a le plus marqué Bryan Cranston ? Quelle est la meilleure ligne de Walter, selon son interprète ?

Il s'agit d'une petite phrase tirée de la dernière saison, un avertissement de sang-froid à Hank (Dean Norris), au moment où l'agent DEA découvre que son beau-frère n'est plus un enseignant inoffensif mais un Seigneur de la drogue mortel, celui qu'il traque depuis deux ans.

"Je ne sais pas qui tu es... Je ne sais même pas à qui je parle" murmure Hank, incrédule. "Si c'est vrai, si tu ne sais pas qui je suis ... alors ... peut-être que ton meilleur parti serait de marcher sur des oeufs", lui rétorque Walt d'un air inquiétant, les yeux dans les yeux.

Les grandes retrouvailles des stars de Breaking Bad pour le 10e anniversaire

Cette citation est celle que Cranston écrit le plus souvent, quand il dédicace des images pour les fans. "Tout d'abord, ce n'est que deux mots "Tread Lightly", alors ça se fait rapidement", s'amuse-t-il dans EW. "C'est vrai, il y a une certaine économie de mots, qui me va bien. J'aime la concision."

Plus encore, Cranston note que cet avertissement à Hank résume parfaitement le fonctionnement de Walt. "C'est son credo", explique-t-il. "À bien des égards, il était très prudent. Même quand il a mis un pied dans ce champ de mines, il a marché sur des oeufs. Il a toujours été très prudent et c'est quand il n'a pas suivi cette devise qu'il a échoué, comme le fait de flinguer Mike [Jonathan Banks]. Ou comme lorsqu'il a dit à Jesse de manière orgueilleuse : «J'ai regardé Jane mourir.» C'était de la cruauté inutile et du vomissement émotionnel. Quand il n'a pas suivi ce credo, c'est là qu'il s'est retrouvé dans des situations délicates."

Prochainement au Cinéma