DR

Le réalisateur de Monsieur et Madame Adelman nous parle des films qui l'ont marqué.

Si les prises de position musclées ne lui font pas peur à la télé, Nicolas Bedos passe son temps à se débiner dans L’Art de la fugue, de Brice Cauvin. Suite à la sortie en DVD cette semaine de son premier long-métrage en tant que réalisateur, Monsieur et Madame Adelman, Première s'est plongé dans ses archives pour vous faire découvrir les films qui l’ont marqué.

Le film qui vous rend insomniaque ?

Scènes de la vie conjugale, de Bergman. J’ai l’ai vu 3 fois. Trois nuits blanches ! C’est, je crois, ce qui s’est écrit de plus profond sur le couple, le mariage, le désir, l’incommunicabilité. La version longue dure plus de 6h mais on ne les voit pas passer.

Le film qui vous a fait prendre une décision importante dans votre vie ?

Woody Allen, a documentary. Je suis rentré chez moi et n’en suis pas sorti avant d’avoir fini d’écrire mes deux prochains films. Cela faisait des années que, sous le poids des doutes, je repoussais au lendemain. L’humilité et la clarté avec lesquelles Allen parle de son travail m’ont dopé.

Le film qui vous a fait tomber amoureux de son actrice ?

Les liaisons dangereuses. La beauté de Michelle Pfeiffer au service de la pureté du personnage de Madame de Tourvel. Ce mélange d’érotisme et de pruderie me fait fondre. Valmont ne s’y trompe pas, qui mourra pour ses yeux luisants et ses lèvres interdites.

Nicolas Bedos : "J'énerve quand même beaucoup de gens"

Le film qui vous donne envie d’avoir des superpouvoirs ?

Welcome to New York, de Ferrara : être patron du FMI donne de supers pouvoirs… Non, je rigole ! Ce film est un naufrage. Plus sérieusement, je dirais Amadeus. Le génie musical de Mozart m’excite davantage que les pirouettes aériennes de Superman. Ce qui ne m’empêche pas de mater tous les Iron Man.

Le film qui vous a aidé à conclure avec une fille ?

Les infidèles dont j’étais l’un des auteurs. J’ai invité ma future fiancée à l’avant-première. Certains de mes dialogues l’ont effrayée, mais pas au point de me refuser quelques baisers. Pour elle, je suis devenu fidèle !

Le film qui se regarde exclusivement entre potes ?

Je ne regarde pas de films entre potes. Je regarde des films seul ou avec ma fiancée, qui représente généralement ma seule bande de potes. Il n’y a qu’avec elle que je re-re-remate les comédies romantiques de Julia Roberts. Le bonheur ! Pour moi, Pretty Woman et Coup de foudre à Nothing Hill sont des chefs d’œuvre du genre- que je ne considère pas comme mineur ! Je préfère une comédie sentimentale moyenne à un film d’action réussi.

 Le film qui réveille une de vos phobies ?

Aviator. Jusqu’à l’âge de 24 ans, j’étais si pétri de T.O.C que mes proches craignaient que je finisse comme Howard Hugues (sans le pognon !). Je sais ce que c’est de s’enfermer dans une piaule une semaine sans rien toucher d’autre que des kleenex !

Bande-annonce de Monsieur et Madame Adelman