Netflix

Une vidéo analyse les mouvements de caméra obsédants du cinéaste.

Alors que David Fincher revient au cœur de l’actualité grâce à la série Mindhunteracclamée depuis qu’elle est arrivée sur Netflix, un certain Nerdwriter1 consacre un essai vidéo au style du réalisateur. Partant du constat qu’il est obsédé par les plans du cinéaste, il se demande comment celui-ci crée cette fascination, et s’arrête sur ses mouvements de caméra. Qu’il analyse comme étant tout simplement parfaits.

De quoi parlera la saison 2 de Mindhunter ?

De Seven à Zodiac en passant par Mindhunter, House of Cards et Gone GirlDavid Fincher suit de près ses acteurs. Le mouvement de la caméra respecte exactement celui des comédiens. Un effet qui peut paraître simple, mais qui demande beaucoup de préparation, et qui participe à envoûter le spectateur. Car il permet de transmettre une émotion en mettant le public au plus près des personnages. Si l’un d’eux a peur, la caméra le suit lentement, créant une tension palpable. A l’inverse, s’il s’énerve, le mouvement s’accélère. "Ce n’est pas une coïncidence si le mot ‘émotion’ contient ‘motion’, l’idée de mouvement. L’émotion s’exprime aussi physiquement et c’est justement ce qui intéresse Fincher : capter ce mouvement, cette ‘physicalité’."

David Fincher, un réalisateur obsédé par les frigos

L’analyse est captivante pour tous ceux qui apprécient le travail du cinéaste. Elle montre aussi que cette manière de suivre un personnage fictif peut avoir un impact sur notre vision du monde réel. C’est ainsi que Fincher parvient à pleinement "obséder" son public au-delà du cinéma. La vidéo complète aussi d’autres essais sur son œuvre, notamment celle-ci, qui revient sur ses effets spéciaux "invisibles" :

Vidéo : Découvrez tous les secrets invisibles du cinéma de David Fincher

Elle peut aussi être mise en parallèle avec des vidéos analysant précisément le travail d’autres réalisateurs. Comme ce montage détaillant comment Brad Bird parvient à amuser son public grâce à ses mouvements de caméra et sa "règle des 3".

Les Indestructibles, Ratatouille, Le Géant de fer : Pourquoi Brad Bird est le plus « joueur » des réalisateurs