Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Marechal Aurore/ Abaca
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Marechal Aurore/ Abaca
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Marechal Aurore/ Abaca
Mads Mikkelsen
Maréchal Aurore/Abaca
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Marechal Aurore/ Abaca
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles
Mads Mikkelsen
Mads Mikkelsen à l'avant première d'Arctic à l'UGC des Halles

L’acteur danois a rayonné hier soir à l’avant-première d’Arctic. Voici les temps forts de la soirée.

C’est peu de le dire, Arctic a littéralement enneigé Paris. Après une petite demie heure d’attente sur le siège de la salle 10, le prince des glaces Mads Mikkelsen a fait son entrée à l’UGC des Halles, au coeur de la capitale. Son allure décontractée contrastait parfaitement avec la parka rouge portée sur l’affiche de son film. Vêtu d’un combo perfecto beige-bottes de cuir-jeans pour la soirée, l’artiste affichait un sourire naturel sur un teint rayonnant. L’occasion de constater que le Danois avait repris des forces depuis ses péripéties dans le grand Nord.

 

Mads Mikkelsen : "Pour Arctic, j'en ai vraiment bavé jusqu'à en perdre plusieurs kilos"

Après avoir baragouiné quelques phrases en français (pour le plus grand plaisir du public), la star a finalement décidé d’annoncer le film en anglais : « Cette oeuvre est le premier long-métrage de Joe Penna. Et j’ai le sentiment que si je ne vous l’avais pas dit avant de voir le film, vous ne l’auriez jamais deviné », a commencé l’acteur. « Arctic est d’une rare beauté, froide mais bouleversante. Il explique la différence qu’il existe entre vivre et survivre, et illustre à quel point il est plus facile de subsister quand quelqu’un vous tient la main », a-t-il conclu, sur une note plus nostalgiqueSes derniers mots présageaient un survival glacial, pourtant teinté d’une once d’espoir et de solidarité.

Et à ce niveau là, le film n’a pas déçu. Malgré la douce chaleur de la salle de cinéma qui nous abritait, inutile de nier que nous vivions avec le personnage de Mads Mikkelsen. Et presque jusqu’à ressentir le froid des tempêtes polaires, la brûlure de sa plaie ouverte au mollet, et le désespoir à chaque tentative de survie échouée.

Puis si l’acteur s’est amusé du climat parisien, dont les températures hivernales « n’égalent pas le grand froid d’Arctique », celui-ci a été surpris d’apercevoir les faubourgs de la capitale couverts de neige en quittant la salle. Tout comme le public après la séance.

Arctic sortira le 6 février au cinéma. Bande-annonce :

Serial killer, dégénéré, ligoté par Rihanna : les visages de Mads Mikkelsen

A lire aussi sur Première

Mads Mikkelsen : "Pour Arctic, j'en ai vraiment bavé jusqu'à en perdre plusieurs kilos"

Mads Mikkelsen a tout joué ou presque. Dans Arctic, il se mue en Robinson Crusoé moderne défiant la nature pour sa survie. L'occasion de revenir avec lui sur l'anatomie de son jeu hors-norme.