Date de sortie 25 janvier 2017
Durée 128 mn
Réalisé par Damien Chazelle
Avec Ryan Gosling , Emma Stone , John Legend
Scénariste(s) Damien Chazelle
Distributeur SND
Année de production 2016
Pays de production Etats-Unis
Genre Comédie musicale
Couleur Couleur

Synopsis

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

Offres VOD

SFR HD SD SFR 2.99 € Louer
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 13.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 9.99  € Acheter
UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 11.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 9.99  € Acheter
FTV SD FTV 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 7.99  € Acheter

Dernières News

Damien Chazelle : "A la base, je n’ai pas contacté Ryan Gosling pour La La Land, mais pour First Man"

Le réalisateur nous détaille la création de son biopic de Neil Armstrong.

Ces acteurs qui sont aussi musiciens et chanteurs

Jared Leto sera à Rock en Seine ce week-end avec Thirty Seconds To Mars.

Critiques

  1. Première
    par Guillaume Bonnet

    Notre critique du film de Damien Chazelle qui entre dans l’histoire avec un record de nominations aux Oscars.

    Broadway, ses néons, ses artifices, ses matinees et ses standing ovations, c’est là-bas, à New York, de l’autre côté du pays. Pourtant, il y a bien un Broadway à Los Angeles, et même plusieurs, mais tous sont dépourvus du charme boisé et du mystère sombre d’autres voies plus fameuses de la mégapole californienne. Non, les anciens ne se sont pas trompés en appelant plutôt leurs films Sunset Boulevard ou Mulholland Drive. Le fait est que Los Angeles n’a nul besoin d’une avenue dédiée au show-biz et à la musique, d’un centre attitré de divertissement ou d’un quartier à fantasmes. La ville elle-même est un fantasme à ciel ouvert, un endroit qui n’existe pas vraiment, une dimension intermédiaire entre la terre et les étoiles. Une zone. On ne l’appelle pas pour rien la cité des anges. Ça lui va très bien. En 1954, Vincente Minnelli inventait
 « Brigadoon », un village béni sortant des 
brumes, sorte d’outre-
monde bienheureux
 où s’encapsulaient les
 amours dansés de Gene Kelly et Cyd Charisse. Le « La La Land » de Damien Chazelle (le monde des doux rêveurs, si on veut) est né de cette intuition : Brigadoon existe, des gens y vivent, les lettres de Hollywood le surplombent, inscrites à même la colline. À mi-chemin des rêves et de la réalité, constituée des uns autant qu’elle s’inscrit paradoxalement dans l’autre, Los Angeles est notre Brigadoon à nous. On y vit, on y aime, on y chante et on y danse. Mais on y vit, on y aime, on y chante et on y danse pour de vrai.

    Un Mulholland Drive lumineux

    Ce sera donc une comédie musicale sur des gens ordinaires d’aujourd’hui. Appelons-les Mia et Sebastian, une dramaturge/comédienne qui court les castings pendant qu’elle peine à achever sa première pièce, et un pianiste de jazz un peu trop puriste pour jouer la soupasse requise dans les bars à cocktail. Toujours, partout, se sont opposées et regardées en chiens de faïence deux conceptions du septième art, pour les uns « miroir du monde » (enregistrement de ses tourments), pour les autres « pays des rêves » (échappée belle). Avec l’assurance de ses 31 ans, Damien Chazelle choisit de ne pas souscrire à cette distinction. Ou plutôt, il décide de considérer qu’elle n’a pas de prise sur cette ville folle, irréelle, et pas davantage sur son film. La La Land serait ainsi la version lumineuse de Mulholland Drive, sans nains ni cauchemars, mais avec la même parabole sur les labyrinthes émotionnels tortueux qui mènent (ou non) à la réussite.

    Vieil Hollywood

    Mia et Sebastian se rencontrent, se repoussent, s’attirent et doivent composer entre leurs rêves de succès, leurs besoins d’accomplissement et l’amour qu’ils se portent. Peut-on tout mener de front ? Quels compromis amers seront nécessaires ? Puis-je encore t’aimer s’il me faut renoncer à moi-même ? Puis-je encore t’aimer si je te vois renoncer à toi-même ? La La Land est un film de tests et de castings, de générales et de grand openings, d’auditions et de répétitions, de Premières et de Dernières, de premières et dernières fois. Un film où se multiplient les séquences d’évaluation et les moments de choix, ces instants où la vie bascule, entre triomphe et retraite, entre victoire et défaite. Méfie-toi de ce que tu désires. Méfie-t’en, mais fais quand même tout ce qui est en ton pouvoir pour l’obtenir, c’est une question de dignité.

    Le rêve et la réalité

    L’air de rien, l’air de minauder, de planer sur coussin d’air ou de siffloter avec nonchalance, La La Land renoue avec cette idée extraordinaire qui était la base du vieil Hollywood : sur un coup de dés, ce sont des destins qui se jouent, des questions de vie, de mort et d’amour. La comédie musicale n’est jamais que le genre qui a décidé de le dire avec le sourire, sur trois pas de claquettes. La légèreté et la gravité ensemble, la joie et la tristesse, la musique et le silence, les rires et les larmes, c’est tout le programme. Le rêve et la réalité, oui, entremêlés et indissociables.

    Pour obtenir le droit de rester à Brigadoon, il faut accepter de tout laisser derrière soi. Franchement, qui en est capable ? Un happy end, on le sait, n’est rien d’autre que le moment où le fantasme l’emporte, une convention, une consolation, un sachet de pop-corn. De prime abord, La La Land se présente comme un hommage à l’âge d’or de Hollywood, un pastiche aux couleurs artificielles. Mais il est bien plus que cela : une réflexion stupéfiante sur la nature même du spectacle, sur ce qui se joue entre ceux qui le font et ceux qui y assistent : nous, dans la salle, époustouflés devant la réussite du film, la puissance de son dispositif et la place qui nous y était assignée. Tout au long de son « grand finale » enchanté, Damien Chazelle vient de nous rappeler que dans La La Land, contrairement aux apparences, le réel n’a pas cédé. Pas une seule fois. On y a vécu, aimé, chanté et dansé. Pour de vrai.