Date de sortie 13 août 2014
Durée 95 mn
Réalisé par Julie Lopes Curval
Avec Ana Girardot , Sergi Lopez , Stéphane Bissot
Scénariste(s) Julie Lopes Curval, Sophie Hiet
Distributeur PYRAMIDE DISTRIBUTION
Année de production 2014
Pays de production France
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu'à ce qu'elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l'aide à intégrer une prestigieuse école d'arts appliqués.Alice laisse tout derrière elle pour aller vivre à Paris. Elle y rencontre Antoine, le fils d'Agnès. Entre eux nait une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l'extraient d'un milieu bourgeois qu'il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l'intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre...

Offres VOD de Le Beau Monde

CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 5.99  € Acheter
Cinemasalademande HD SD Cinemasalademande 3.99 € Louer

Toutes les séances de Le Beau Monde

Critiques de Le Beau Monde

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Élevée à Bayeux par sa mère au chômage, Alice intègre grâce à Agnès une école d’art à Paris. Elle change de milieu, tombe amoureuse d’Antoine, le fils de sa bienfaitrice, grandit. Cette chronique d’une initiation sociale et sentimentale, c’est Alice au pays de la bourgeoisie. Mais il y a un prix à payer : timide, la jeune femme de 20 ans a du mal à trouver sa place. Peu à l’aise dans son milieu d’adoption, soudain perdue au sein de sa propre famille. Très inspiré de La Dentellière, de Claude Goretta, le quatrième long de Julie Lopes Curval (Caméra d’or à Cannes en 2002 avec Bord de mer) vaut surtout par l’effet des vases communicants car Antoine ne façonne pas Alice, il apprend d’elle et s’émancipe également de ses parents grâce à leur histoire. Malgré un aspect binaire trop appuyé dans l’écriture, l’ensemble a une grâce et un charme surannés. Il vient de la broderie, métier que choisit l’héroïne, mais aussi d’une faculté à employer des expressions d’autrefois, telle celle qui donne son titre au film. Les jeunes acteurs sont remarquables, et les deux mères – Aurélia Petit et Stéphane Bissot – s’incarnent avec une grande délicatesse.