DR

L'AFP révèle aujourd'hui que l'ambassade parisienne du Japon serait intervenue auprès de Canal +. Cause de la discorde : divers sketches des Guignols de l'info tournant autour de la catastrophe au Japon, notamment ceux mettant en scène Mario Bross et Luigi en super-sauveteurs.

L'AFP révèle ce dimanche que l'ambassade parisienne du Japon serait intervenue auprès de Canal +. Cause de la discorde : divers sketches des Guignols de l'info sur la catastrophe au Japon, notamment ceux mettant en scène Mario Bros et Luigi en super-sauveteurs.pagebreak pagebreakLe 11 mars dernier, le Japon subit un double drame - un séisme et un tsunami -, qui dégénère très vite en alerte nucléaire. Comme à son habitude, le journal des Guignols de l'info n'hésite pas à rire de la catastrophe : dès le lendemain, la marionnette d'Harry Roselmack apparaît ainsi à l'écran avec un gilet de sauvetage. Quelques jours plus tard, l'émission satirique compare des images de Sendai post-tsunami et d'Hiroshima en 1945, jugeant que "les Japonais n'ont rien fait depuis la Seconde Guerre mondiale". Enfin, les Guignols introduisent finalement deux personnages censés sauver le Japon : Mario et Luigi, les héros des jeux Super Mario Bros. Ces sketches n'ont visiblement pas fait rire tout le monde, comme le rapporte une source à l'AFP, selon laquelle l'ambassade du Japon à Paris aurait reçu plusieurs mails de plainte : "Ils ont trouvé anormal que la chaîne française se moque de la situation actuelle du Japon (...) et des travailleurs de la centrale nucléaire de Fukushima qui sont là au péril de leur vie." Alertée, l'ambassade aurait donc envoyé un courrier de protestation à Canal + le 18 avril, auquel la chaîne cryptée aurait répondu que "les Guignols de l'info est un programme qui critique tout type de personnes et d’évènements, sans aucune exception", tout en soulignant qu'il n'avait "aucune intention de heurter les victimes ou le peuple japonais". Contactée par l'AFP, la chaîne n'a pas confirmé ces informations, mais a tout de même rappelé que les Guignols avaient récemment participé à une soirée de soutien aux victimes du Japon.