Interrogée par La Dépêche du Midi, la présidente du Comité Miss France, Geneviève de Fontenay, défend la candidate Miss Picardie, d'origine musulmane, montrée du doigt à cause de sa religion à une semaine de l'élection de Miss France 2010. Pour elle, "la beauté, comme l'intelligence, n'a pas de couleur".

Interrogée par La Dépêche du Midi, la présidente du Comité Miss France, Geneviève de Fontenay, défend la candidate Miss Picardie, d'origine musulmane, montrée du doigt à cause de sa religion à une semaine de l'élection de Miss France 2010. Pour elle, "la beauté, comme l'intelligence, n'a pas de couleur".Alors que le ministre de l'Immigration, Eric Besson, est actuellement en déplacement dans toute la France pour débattre sur l'identité nationale, Geneviève de Fontenay, en visite à Toulouse, a témoigné à La Dépêche du Midi son indignation. Sa récente expérience au coeur de la banlieue grâce à l'émission Teum Teum de Juan Massenya (diffusée ce samedi à 14h05 sur France 5) y est sans doute pour quelque chose (lire la news).En tout cas, la présidente du Comité Miss France en a profité pour rappeler ses convictions : "Quand j'entends Besson, je suis indignée. Il manie la provocation de façon scandaleuse."L'élection de Miss France 2010 étant plongée dans une nouvelle polémique médiatique depuis l'annonce de la participation d'une candidate "issue de l'immigration, petite-fille d'un grand-père algérien" et de confession musulmane, Geneviève a tenu à protéger cette dernière : "Je me félicite de la présence de Juliette Boubaaya (Miss Picardie 2009) à l'élection du 5 décembre. Et entre nous, j'espère qu'avant de mourir, je verrai une Miss France maghrébine. Songez à l'impact qu'aurait ce vote."Elle ajoute en réponse à ses détracteurs qui depuis les photos choquantes de Valérie Bègue, Miss France 2008, ne cessent de lui chercher la petite bête : "Je serais ravie que le comité Miss France crée cet événement. Nous prouverions que nous ne sommes finalement pas si ringards…".Elle rappelle également que la couleur de peau n'a jamais été un critère d'élimination dans son concours de beauté : "Pensez-vous, lorsque Chloé Mortaud triomphe en 2009, que la couleur de la peau ou l'origine des candidates constitue un élément discriminant ? Plongez-vous dans l'histoire de notre concours. Deux Guadeloupéennes, une Réunionnaise, deux Tahitiennes ont porté la couronne. Et souvenez-vous de Sonia Rolland, cette jeune femme d'origine rwandaise élue Miss France 2000."Elle conclut avec cette belle phrase à noter dans les annales : "La beauté, comme l'intelligence, n'a pas de couleur".