DR

A seulement 22 ans, Shirley tente l’aventure Masterchef sur TF1. Pour cette battante, l’expérience est déjà une réussite et lui a ouvert des horizons pour sa future carrière.

Avez-vous eu l’occasion de regarder Masterchef 2013 depuis que l’émission a commencé ?Shirley : Je suis prise le vendredi soir, mais je regarde les épisodes en replay. En revanche, toute ma famille me soutient et est au rendez-vous. Ils sont assez contents. Ils me retrouvent, je suis la même à la télévision que dans la vie. Au début, j’avais peur des montages, de ne pas me retrouver. Je suis ravie, il n’y a pas de trucs transformés.Cette année, Carole Rousseau n’anime plus le programme. Cela vous a paru bizarre pendant le tournage ?Les quatre jurés sont très professionnels, alors on n’a pas ressenti l’absence d’animatrice. Ils faisaient très bien l’animation !Et la nouvelle jurée, Amandine Chaignot, comment l’avez-vous trouvée ?Amandine est très gentille, très prévenante, très accessible. C’est une femme super. Les quatre ont des personnalités très fortes, mais j’ai une micro préférence pour Yves Camdeborde. Il est très naturel, accessible, présent… Il nous donnait beaucoup de conseils. C’est quelqu’un de vrai.Pourquoi est-ce que vous avez décidé de vous présenter au casting de Masterchef ?En fait, j’y suis allée par hasard. Ce sont ma mère et mon petit frère qui ont envoyé mon dossier sans me le dire. Un jour j’ai reçu un appel ! Je suis allée au casting par curiosité alors que franchement je n’avais pas regardé les premières saisons… Mais dès que j’ai su que j’étais prise, en une semaine, j’ai tout rattrapé (rires) !Avant de participer, tous les candidats à Masterchef doivent réviser pour assurer dans les épreuves techniques et les tests de reconnaissance, non ?Oui, on révise énormément. A l’Atelier, on a la chance d’avoir à disposition beaucoup de livres de cuisine, qu’ils nous prêtent. On travaille toute la journée, et tout tourne autour de la cuisine. C’était d’ailleurs très étrange, on s’extasiait devant une cuisson (rires) !Avec qui avez-vous eu le plus d’affinité ?C’est une vie en communauté, on ne peut pas aimer tout le monde. J’ai vécu une amitié avec Séverine dès le début. J’ai eu vraiment un gros coup de cœur, nous sommes devenues amies, et depuis on continue de s’appeler.Et des accrochages ?Oui, il y a eu des accrochages. Mais il faut dire que nous ressentons beaucoup de stress. Avec le recul, quand je pense aux accrochages qu’il y a eu, ça me fait rire. Dans la globalité, on s’est bien entendus.Quel était votre projet professionnel en participant à Masterchef ?Je n’avais pas vraiment d’objectif… Travailler derrière le bar, c’est ma grande passion. J’aime manger, j’aime aller au restaurant, mais je ne me vois pas du tout être derrière les fourneaux. Participer à Masterchef m’a aidé à déterminer ce que je souhaitais faire… J’aimerais mener à bien un projet dans la streetfood. C’est quelque chose qui me plait, qui me permettrait de rendre hommage à ma famille.Propos recueillis par Christelle Devesa Follow @chrisdevesa