DR

Pas facile tous les jours la vie d'athlètes féminines. Certaines mettent leur vie de femme entre parenthèses. D’autres ne se privent pas de donner la vie durant leur carrière sportive. Quitte à en payer le prix… A l'occasion du début des Jeux Olympiques de Londres, Télé 7 Jours vous livre le palmarès des mamans en or.

Laura Flessel-Colovic : "Dur de laisser ma fille" À 40 ans, la porte-drapeau de la délégation française affiche la mine radieuse d’une sportive accomplie et d’une maman épanouie. Pourtant, la double championne olympique à l’épée faillit arrêter sa carrière après les Mondiaux 2010. "Mon mari était d’accord pour que je continue. Restait à convaincre ma fille Leïlou (9 ans à l’époque). Quand elle a dit qu’elle voulait voir la reine, j’ai compris que ç’était “oui”." Quatre mois après la naissance de Leïlou, en juin 2001, l’escrimeuse décrochait l’argent aux Championnats du monde de Nîmes. Rien d’anormal s’accordent à dire les spécialistes en obstétrique. Les sportives de haut niveau peuvent s’entretenir physiquement durant leur grossesse, à condition d’adapter certains exercices et de bénéficier d’un suivi médical. Depuis l’arrivée de Leïlou, Laura continue d’enchaîner les compétitions. "Parfois c’est dur de laisser ma fille. En 2008, aux JO de Pékin, je l’avais confiée à ma mère, en Guadeloupe. Distance, décalage horaire… c’était terrible." Heureusement, qu’il y a le téléphone portable et la webcam. À tel point que les membres de l’équipe de France surnomment Laura "Miss téléphone".Laure Manaudou : "Je pleurais dans mes lunettes"Larguée par ses rivales dans le bassin de Pékin 2008, la championne olympique 2004 du 400 m nage libre semblait perdue pour le haut niveau. Elle annonça d’ailleurs sa retraite sportive. Mais, en avril 2010, la naissance de Manon fait le bonheur de sa maman et de son papa, le nageur Frédérick Bousquet. La sirène préférée des Français retrouve le goût de l’effort. Pas sans douleur : "Ça a été très dur de perdre tous ces kilos. Les deux premiers mois, j’ai eu du mal à me sentir bien dans l’eau. Je pleurais dans mes lunettes." Depuis, elle a renoué avec le succès (double championne de France en 2012). Qualifiée sur 100 et 200 m dos à Londres, elle aborde cette nouvelle échéance olympique en toute sérénité : "Depuis que je suis maman, je suis bien dans ma vie."Kim Clijsters : "Je me sens plus forte"Septembre 2009, finale de l’US Open… Jada, poupée aux boucles blondes d’un an et demi, parade sur le court au côté de sa championne de maman, Kim Clijsters ! Après deux ans de pause, la tenniswoman belge, alors âgée de 26 ans, renoue avec le succès dès les semaines suivantes : "Je suis plus forte dans ma tête. Ma fille me permet d’oublier le tennis entre les matchs et les entraînements." Avec deux US Open, un Open d’Australie et un Masters gagnés depuis la venue au monde de Jada, on peut dire que la maternité lui réussit ! À 29 ans, la super maman nourrit des rêves olympiques.Paula Radcliffe : "Je suis plus dure au mal"Malgré ses 38 ans, la meilleure marathonienne de l’histoire espère faire vibrer son public le 5 août prochain. Il y a cinq ans déjà, l’Anglaise bluffait tout le monde en remportant un deuxième titre mondial, dix mois après avoir accouché d’une fillette prénommée Isla. "Je pense réellement que la grossesse et l’accouchement m’ont rendue plus forte", déclarait-elle à l’époque. Elle s’estimait "plus équilibrée, motivée et dure au mal que jamais." Cela lui servira peut-être à oublier la douleur au pied qui la tiraillait ces dernières semaines.Frédéric Lohézic, avec Camille Destandau, du magazine Télé 7 Jours