Anne Decis et Elodie Varlet, alias Luna et Estelle ont été mises à rude épreuve mais elles gardent le sourire. Confidences de ces deux comédiennes truculentes pour Télé 7 jours .

Anne Decis : "Je suis sortie rincée"Vous revenez au Fort après une première participation en 2007, vous êtes fan du jeu ?J’avais adoré ma première participation et brûlais d’envie de revenir au Fort pour défendre l’association Allô Parents Bébé dont je suis la marraine. Fort Boyard, c’est une chasse au trésor grandeur nature. On se prend vite au jeu et on tente de dépasser ses limites. A la télé, ça a l’air facile, mais sur place, c’est une autre histoire. Quand on reprend le bateau, on est rincé et couvert d’hématomes. Il faut trois jours pour s’en remettre !Etre la marraine de l’association a dû vous galvaniser ?Oui et non. Cela m’a aussi joué des tours. Je voulais tellement bien faire que j’ai loupé quelques épreuves…Avez-vous rusé auprès de la production pour éviter de tomber sur les épreuves que vous redoutiez ?Même pas ! Lors de mon précédent passage, j’avais eu droit aux serpents et aux mygales, je n’avais guère envie de les retrouver. Le saut dans le vide et l’épreuve des cylindres me faisaient peur, mais je n’en ai rien dit. Pas de bol, je suis tombée sur la seconde ! Mais ma plus grosse montée d’adrénaline, je la dois à mon plongeon dans un bain de glaçons.Vous étiez vous préparée avant de prendre d’assaut le fort ?Pas du tout ! La veille, j’ai tenté de me déstresser en parcourant 10 kms à vélo ; cela n’a servi à rien. Heureusement, nous avions dans l’équipe Franck Sémonin (NDLR Le commandant de police, Patrick Nebout, dans Plus Belle la vie). C’est un grand sportif, il a assuré dans les épreuves de force.Elodie Varlet : "J’ai hâte de recommencer !"Pour vous, c’est une première. Que représente ce jeu ? Plein de souvenirs d’enfance ! Avec mon frère, on était fans. Je rêvais d’y participer depuis des années mais je n’étais jamais disponible. Cette fois-ci, j’ai carrément harcelé la production pour intégrer l’équipe.Qu’est-ce qui vous a étonnée ?Le décor. A la fois impressionnant mais tellement plus petit qu’à l’écran ! Pourtant j’aurais dû m’en douter, c’est la même chose pour notre plateau du Mistral, la caméra donne une tout autre dimension.Avez-vous usé de subterfuges auprès de la production afin d’échapper aux épreuves redoutables ?Avant d’arriver, on nous fait remplir un questionnaire pour connaître nos phobies… J’avoue qu’avec mes co-équipiers, on a pensé que c’était pour nous piéger ! J’ai donc tu ma peur du vide… Ironie du sort, j’ai écopé de l’épreuve du saut à l’élastique. Je m’en suis bien sortie car se battre pour une association est dopant.Qu’y a-t-il de plus fatigant ?Le rythme effréné. De 8h30 à 16 heures, c’est du non-stop. Pas de pause café ni le temps de penser à autre chose. Si vous voulez vous changer les idées, il n’y a rien de mieux que le Fort !Ce qui vous a le plus amusée ?Le choix de notre cri de guerre ri-di-cule : "Allô allô parents bébé, pas peur des araignées", suivi d’une imitation du caquétement de la poule : " pooook-pok-pok-pok, Boyard, boyard, boyard !" Une bonne crise de rire.INFO +L’association parrainée par Anne Decis met à disposition des parents une écoute en ligne. Dès la grossesse, ces derniers peuvent y trouver infos, conseils, aide et soutien. www.alloparentsbebe.orgInterviews Uriell Ceillier du magazine Télé 7 jours