DR

Les deux défenseurs tricolores, Patrice Évra et Éric Abidal, s’opposent en finale de la Ligue des champions sous les couleurs respectives de Manchester United et du FC Barcelone. Un match diffusé sur TF1 ce samedi.

Les deux défenseurs tricolores, Patrice Évra et Éric Abidal, s’opposent en finale de la Ligue des champions sous les couleurs respectives de Manchester United et du FC Barcelone. Un match diffusé sur TF1 ce samedi.Éric Abidal, le rescapéCe soir, sur la pelouse du stade de Wembley à Londres, le défenseur français sera l’un des joueurs les plus ovationnés par les supporters du FC Barcelone. Car "Abi", son surnom dans l’équipe championne d’Espagne, revient de loin. De très loin ! Le 15 mars dernier, lors d’un banal examen médical, le natif de Saint-Genis-Laval (Rhône-Alpes) apprend, à 32 ans, qu’il est atteint d’une tumeur au foie. Une nouvelle vécue comme un drame pour ce père de trois enfants. "J’ai vraiment eu peur pour ma vie", confie-t-il à Téléfoot (TF1). Ce qui va notamment aider l’ancien joueur de Lyon à surmonter la maladie, c’est le soutien sans faille du Barça au quotidien. Un compte Twitter est ouvert, "Animoabidal" (Courage Abidal !), où de nombreux messages de soutien de supporters et de stars du ballon rond abondent.Six semaines après une opération de trois heures, Éric reprend en douceur l’entraînement. Son coach, Pep Guardiola, en profite pour lui offrir un beau cadeau : jouer les deux dernières minutes de la demi-finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid. Le numéro 22, très amaigri par son traitement, est acclamé par les 100 000 socios puis lancé en l’air par ses coéquipiers ravis de ce retour fulgurant. Après la rencontre, "Abi" déclare tout ému : "Je suis dans le meilleur club du monde, avec les plus beaux supporteurs qui puissent exister. Cette opération de ma tumeur, c’était ma Ligue des champions, et je l’ai gagnée. Maintenant je vais donner mon maximum pour aider le Barça à remporter un quatrième sacre européen." Depuis, Abidal est redevenu un titulaire indiscutable.Patrice Évra, l’expertAvec Manchester United, l’arrière latéral gauche dispute ce soir sa troisième finale de Ligue des champions en seulement quatre ans, avec une victoire en 2008. Et, à Wembley, il est fort probable que ce trentenaire affûté soit à nouveau le capitaine des Red Devils. Pour le manager sir Alex Ferguson, le Frenchie incarne parfaitement les valeurs de ce club aux fortes racines ouvrières. Comme lui, fils d’ouvrier des chantiers navals de Glasgow, Évra est issu d’un quartier populaire des Ulis (Essonne) où il a vécu avec ses… 24 frères et sœurs.Et si l’ami d’enfance de Thierry Henry est parvenu au plus haut niveau, c’est grâce à une volonté sans faille. Rejeté à l’adolescence par le PSG, Lens et d’autres clubs formateurs français à cause de sa petite taille, le petit gars des Ulis a dû faire ses armes dans des clubs italiens de seconde zone comme Marsala en Sicile. Ces performances loin des siens lui permettront de revenir par la grande porte à Nice puis à Monaco où il sera l’un des héros de la belle campagne européenne de 2004 soldée par une finale en Ligue des champions.Adulé outre-Manche où il collectionne les titres, l’ancien capitaine des Bleus rêve aujourd’hui de restaurer son image en France, ternie par le Mondial 2010. Pour beaucoup, il reste l'un des meneurs de la mutinerie de l’équipe de France. Évra sait que le chemin de la rédemption passera par de belles performances lors des prochains matchs en équipe de France. Mais avant cela, il a une deuxième Ligue des champions à gagner.Alexandre Alfonsi de Télé 7 JoursVous pouvez parier sur ce match sur le site PMU.fr