DR

La première émission de télé-réalité en France n'est pas Loft Story, mais Aventures sur le Net, qui suivait trois équipes de candidats devant vivre pendant trois semaines en utilisant uniquement Internet. Une émission diffusée dès le 8 janvier 2001 sur TF6, et présentée par Jérôme Bertin. Ancien journaliste de LCI, désormais acteur de cinéma et de télévision et directeur d'une agence de communication, Jérôme Bertin se souvient pour Premiere.fr de cette aventure exceptionnelle.

La première émission de télé-réalité en France n'est pas Loft Story, mais Aventures sur le Net, qui suivait trois équipes de candidats devant vivre pendant trois semaines en utilisant uniquement Internet. Une émission diffusée dès le 8 janvier 2001 sur TF6, et présentée par Jérôme Bertin. Ancien journaliste de LCI, désormais acteur et directeur d'une agence de communication, Jérôme Bertin se souvient pour Premiere.fr de cette aventure exceptionnelle.Vous étiez journaliste, comment en êtes-vous venu à présenter Aventures sur le Net ?J'ai simplement été contacté par Renaud Le Van Kim, patron de la boîte de production KM. Au départ, c'était pour un documentaire, puis Renaud Le Van Kim a eu l'idée d'en faire un jeu télévisé, inspiré d'une expérience menée par un collaborateur de Bill Gates. Le but était de montrer que l'on pouvait se débrouiller entièrement en étant connecté à Internet.pagebreakPourquoi vous avoir choisi plutôt qu'un présentateur de jeux ?J'étais présentateur sur LCI à l'époque. Il est venu chercher ma caution de journaliste, j'étais la garantie qu'on n'allait pas chercher l'exhibitionnisme. Il faut savoir que les participants avaient la clef de l'appartement dans lequel ils étaient enfermés. Celui qui voulait partir pouvait le faire. Nous étions plus proches de l'expérience sociologique que d'une émission de télé.pagebreakAventures sur le Net était pourtant bien considéré comme de la télé-réalité...Aventures sur le Net a été vendu comme une télé-réalité à l'époque. Cela nous a valu des papiers très durs dans la presse, en particulier de Libération, car on faisait entrer la télé-réalité en France. Dans la presse, il y avait des papiers tous les jours sur la télé-réalité, c'était un tournant pour la télévision. On sentait que ça allait être la "nouvelle télévision". A l'époque, Renaud Le Van Kim le disait : "on va faire la télé qui va durer 10 ans."pagebreakEn quoi Aventures sur le Net est-elle différente des télé-réalité qu'il y a aujourd'hui ?A l'époque, avant même que le CSA ne le réclame, les candidats d'Aventures sur le Net disposaient de pièces où ils n'étaient pas filmés : la salle de bain et le balcon. Une émission à la Big Brother, je ne l'aurais pas faite. Là, le concept m'a intéressé en tant que journaliste, parce qu'Internet était dans l'air du temps. pagebreakEst-ce que vous le referiez ?Je n'ai aucun regret de l'avoir faite. Mon seul regret, c'est que cette approche de la télé-réalité n’ait pas été développée : le principe de jouer en équipe, sans élimination. Aventures sur le Net était une exception culturelle française, car elle valorisait l'esprit d'équipe, la solidarité, la créativité et la tolérance. Il n'y a jamais eu de bagarre, d'insultes, de seins... C'est peut-être ce qui nous a manqué pour devenir une grande émission populaire ! (rires)pagebreakRegardez-vous des émissions de télé-réalité ?J'ai regardé Loft Story au début. Moi, je suis fan de télé-crochet, comme la Nouvelle Star. Mais ce n'est pas de la télé-réalité. Aujourd'hui, on valorise l'égo, les grandes gueules, l'exhibition... Il faut en faire toujours plus ! Mais je ne vois aucune réalité dans les émissions de télé-réalité d'aujourd'hui. Je vois beaucoup plus de réalité dans les fictions de Canal+ et France Télévisions. Clara Sheller a fait bouger les regards sur l'homosexualité par exemple. Ca, c'est de la télé-réalité.... Je ne suis pas persuadé qu'un Mickael Vendetta soit très réel.La force de Canal+ et France Télévisions, c'est de ne pas avoir succombé aux sirènes de la télé-réalité. France Télévisions a pris un risque avec la première saison de Clara Sheller. Même chose, Canal+ a pris le risque de faire Reporters, dans lequel j'ai joué, alors que les séries avec des journalistes pour héros n'avaient jamais vraiment marché. pagebreakAu final, quel souvenir gardez-vous d'Aventures sur le Net ?C'était la plus belle émission de "télé-réalité". Dommage qu'elle n'ait pas servi d'exemple !pagebreakPar Christelle [email protected]