DR

Que vaut la nouvelle série adaptée de DC Comics et lancée hier soir sur la chaîne américaine CBS ?

Après ArrowThe Flash, et avant les Legends of Tomorrow, l'univers DC Comics s'élargit un peu plus à la télé américaine, avec le lancement de Supergirl, hier soir, sur CBS. Alors que valent les nouvelles aventures de la cousine de Superman ?

Indéniablement, Andrew Kreisberg et Greg Berlanti ont un vrai savoir-faire. Les créateurs d'Arrow sont derrière cette version de Supergirl et si le ton léger rappelle plus souvent The Flash, on sent bien ici la patte très "comics" des deux scénaristes. Ils ont dessiné une série quasi"cartoonesque", avec ses couleurs pétantes, ses séquences d'action très classiques et ses personnages ultra-simplistes (le méchant est très méchant, l'héroïne est très gentille, les seconds rôles restent à leur place...).

Vous l'aurez compris. Supergirl ne fait pas dans l'original. Pas question d'aller s'aventurer du côté de l'univers DC sombre et froid de Christopher Nolan. Elle lorgne plutôt vers nos vieux amis Loïs & Clark. Après tout, on n'est pas sur HBO. La série est diffusée sur la chaîne généraliste CBS, en prime time, en pleine semaine, et elle cherche avant tout à toucher un public familial. Du coup, elle a souvent l'air un peu datée, "cheesy", pour ne pas dire terriblement ringarde. Si les effets spéciaux sont de bonne facture, la chorégraphie des combats, les ressorts scénaristiques douteux et les vilains Aliens qui vont visiblement alimenter les épisodes dans les semaines à venir, sortent tout droit des années 1990.

 

Mais il faut reconnaître que cette orientation résolument "comics" offre une certaine fraîcheur, voire une certaine candeur (certains diront "niaiserie") à la nouvelle Supergirl. Notamment grâce à l'interprétation de Melissa Benoist. La jeune actrice, révélée dans Glee, crève l'écran dans la peau de la jolie Kara. Sa préstation est d'ailleurs saluée unaniment par la presse américaine. Elle apporte une innocence et un charme bienvenus au personnage, qui tente de prendre modèle sur son cousin de Metropolis. Le reste du casting est au niveau, même si Calista Flockhart en fait des caisses dans la peau de la patronne qui s'habille en Prada.

Il faut ensuite passer outre les grosses lourdeurs scénaristiques de ce pilote (l'introduction du DEO, le Department of Extra-Normal Operations, destiné à prévenir l’invasion Alien, est assez improbable), les discours exagérément féministes et l'incontournable triangle amoureux (Kara, Jimmy, Winn). Mais si on la prend pour ce qu'elle est (ou du moins ce qu'elle veut être), c'est à dire une gentille série familiale fédératrice, cette Supergirl ne manque certainement pas de charme et mérite un petit coup d'oeil.

Supergirl, avec Melissa BenoistChyler Leigh et Calista Flockhart, est à voir chaque lundi soir sur CBS et en France en US+24 sur MyTF1 VOD.