paradise police critique
netflix

C'est vraiment crade, sans limite, et politiquement très incorrect. Mais pas toujours très drôle.

"Chéri, occupe toi de moi avec ta merveilleuse langue", dit Karen Crawford, la maire de la ville de Paradise à son mari, le chef de la police locale. "Ah non Karen, j'ai fait ça pendant deux heures hier soir. J'ai eu du mal à parler toute la matinée. Tu crois pas que c'est mon tour ? Mais joue un peu avec mes boules ! Tu sais, comme ce mime qu'on a vu jongler l'autre jour ?" Entre alors leur rejeton. Karen se relève et fait un bisou à son fiston en sortant... laissant au passage une trace de semence gluante au coin de sa bouche !

Oui, c'est vraiment écœurant, répugnant, crade au dernier degré. Et cette petite scène de quelques secondes symbolise parfaitement l'ambiance générale de Paradise Police, la dernière série d'animation de Netflix, pas vraiment pour les enfants (elle est déconseillée aux moins de 16 ans).

Sortie le 31 août dernier sur la plateforme, elle raconte la vie d'un commissariat calamiteux, dans la petite ville de Paradise. Randall Crawford est le boss de la police du coin, un homme fort et puissant... qui a perdu toute sa virilité, le jour où son garçon lui a explosé les testicules, en jouant avec son arme de service. Depuis, le petit Kevin devenu grand essaye de se rattraper, en rendant fier son cher papa, et en intégrant à son tour les rangs des forces de l'ordre...

Tout cela ne vole vraiment, mais alors vraiment pas haut. Les deux auteurs, Roger Black et Waco O'Guin, issus de la chaîne Comedy, trouvaient visiblement que les comédies américaines n'allaient pas assez loin. Alors ils ont décidé de créer une série pour pousser le curseur du trash au maximum. Dans Paradise Police, tout n'est que vulgarité, obscénité et salacité. Un humour scato / porno totalement assumé, certes, mais particulièrement épuisant en quelques minutes !

paradise police critique
netflix

Si vous réussissez à aller au bout du premier épisode, c'est clairement que le sens de l'humour pipi-caca-cul-cul jusqu'au-boutiste vous fait marrer. Vous trouverez alors sans aucun doute dans cette série de quoi tomber du canapé. Puisqu'il faut bien l'avouer, entre deux séquences d'une bêtise crasse assez gênantes, Paradise Police parvient à sortir quelques gags assez tordants. Dans son ostensible volonté de dépasser les bornes du politiquement incorrect, le show se moque violemment des ploucs, des drogués, des vieux, des handicapés, des personnes en surpoids, des minorités ou de la pop culture. Et c'est parfois drôle. De quoi nous rappeler, par instants, les débuts de South Park, quand on hallucinait encore de voir Cartman humilier Timmy dans son fauteuil ou Kenny dans ses fringues de pauvre.

paradise police critique
netflix

Sauf que South Park avait déjà une certaine ambition sociale ou politique. Un message à faire passer, plus ou moins discrètement, derrière ses vannes cinglantes. Ce n'est pas le cas ici . Paradise Police se contente, bien volontiers, d'être crade. Juste dégueulasse. Sans prendre la peine de développer le moindre attachement émotionnel avec ses personnages. Randall, Kevin, Gina, Dusty... on s'en fout, là n'est pas le but. Le but, c'est d'être trash, le plus possible, sans limites. Audacieux ou complètement con, à vous de juger !

Paradise Police - saison 1 - 10 épisodes de 30 minutes sur Netflix depuis le 31 août 2018.