DR

Une Madeleine de Proust ressortie du placard et savoureusement remise au goût du jour.

"C’est le plus grand boss de toute la ville, Picsou, Picsou, C’est le plus puissant de tout Canardville, Picsou, Picsou, Il vaut des milliards, en or, en dollars..." Voilà des paroles qui ont marqué toute une génération. Il y a 30 ans, La Bande à Picsou faisait rêver les chères têtes blondes que nous étions. Aujourd'hui, le canard milliardaire n'a plus tout à fait la même aura. Le célèbre cartoon de l'époque (une centaine d'épisodes au total) se résume au Trésor de la Lampe Perdue (le téléfilm de 1991), que M6 rediffuse à chaque Noël. Mais Disney a eu la bonne idée de ressortir sa bande du placard, pour un reboot réjouissant, qui fera découvrir aux jeunes téléspectateurs ces personnages cultes, un peu passés de mode avec le temps.

Lancé à la fin de l'été, DuckTales reprend totalement l'histoire de Picsou, pour mettre sur pied... une véritable mythologie. Oui, c'est un pur reboot, au sens littéral. La série repart de zéro et nous fait découvrir Donald Duck, un loser un peu pathétique mais méritant, qui fait tout ce qu'il peut pour élever ses trois neveux. La petite famille vit sur un vieux rafiot pourri, jusqu'au jour où Riri, Fifi et Loulou découvrent qu'ils sont en fait de la même famille que Balthazar Picsou, l'homme le plus riche du monde. Depuis 10 ans, Donald et lui ne se parlent plus. Pourtant, avant cette brouille, ils formaient un duo d'aventuriers redoutables, cherchant les plus grands trésors, à travers la planète. L'arrivée tapageuse des trois enfants dans la vie du vieux Picsou va tout à coup réveiller sa soif d'aventures...

Cette nouvelle Bande à Picsou est à l'image de son nouveau générique : c'est la même, mais totalement dépoussiérée ! L'âme profondément attachante des vieux DuckTales est toujours là, bien vivante. Mais sur la forme, tout a changé. L'animation et les dessins, d'abord, sont vraiment magnifiques, combinant habilement l'ancienne sensibilité de la bande dessinée originale (signée Carl Barks), avec le style des dessins animés modernes. Un mélange qui fonctionne à merveille, pour donner vie à une toute nouvelle famille "Duck".

Riri, Fifi, Loulou et leur copine Zaza ont notamment droit à un sacré coup de boost : désormais, ils ont une véritable personnalité ! L'un est un garçon brillant et inventif. L'autre est rebelle et un peu feignant. Le troisième est plus timide et plus sensible. Quant à la petite-fille de la gouvernante Mamie Baba, elle est totalement fascinée par la riche famille chez qui elle habite. Il faut dire que dans ce reboot, les "Duck" regorgent de secrets et de mystères.

Que s'est-il passé il y a 10 ans ? Qu'est-il arrivé à la maman disparue des trois neveux ? Pourquoi apparaît-elle aux côtés de Donald et Picsou, durant leurs aventures ? Pourquoi personne n'ose en parler ? Et quels secrets cachent encore cette famille ?

C'est une excitante histoire qu'a bâti la nouvelle équipe derrière DuckTales. Une intrigue fil rouge, qui se greffe parfaitement au classique mélange d'aventure et d'humour, qui a fait la réputation de La Bande à Picsou, à la fin des années 1980. Avec un casting vocal survitaminé, emmené par David Tennant (Doctor Who), Danny Pudi (Community), Ben Schwartz (Parks & Rec), Bobby Moynihan (du Saturday Night Live) et Kate Micucci (Raising Hope), cette version 2017 regorge d'une énergie réjouissante et de twists inventifs.

DR

Evidemment, on reste dans le cartoon Disney, indissociable d'une bonne dose de sentimentalisme. Et puis on est très loin du second degré déjanté et hilarant des séries d'animations qui cartonnent aujourd'hui (façon Rick & Morty, Bojack Horseman ou American Dad). Forcément, DuckTales, c'est d'abord une série pour les enfants. Mais pas que. Les parents aussi apprécieront de retrouver ces personnages qui ont bercé leur enfance (Flagada Jones, Les Rapetou, Géo Trouvetou...) et de voir qu'ils ont su évoluer avec leur époque. Sans regarder en arrière, cette nouvelle Bande à Picsou assume sa propre histoire, tout en laissant aux spectateurs cette impérissable envie de fredonner : "Woo-oo !"