DR

L’interprète de Sherlock Holmes a un don pour mettre les pieds dans le plat. Selon Robert Downey jr, le héros qu’il incarne était gay. Un discours qui ne plaît pas aux producteurs ! Invité du David Letterman Show, Robert Downey Jr, le héros du dernier film de Guy Ritchie, "Sherlock Holmes", sur les écrans français le 3 février prochain, a jeté un pavé dans la mare. Car lorsque le célèbre animateur lui demande quel est la relation que les deux héros, Sherlock Holmes et le Docteur Watson, entretiennent, au-delà de la lutte contre le crime, Robert répond du tac-au-tac : "Vous voulez dire qu’ils étaient homos ? C’est ce que vous dites ?" Et selon l’acteur, la fiancée du Docteur Watson, interprété par Jude Law, serait une couverture pour cacher la relation qu’il existe entre les deux personnages masculins. Et il a même présenté une scène où Holmes se bat, et a demandé au public du show de décider si oui ou non, Sherlock était un "homosexuel viril" !Mais ses blagues n’ont pas fait rire tout le monde : les producteurs du film ont axé tout le marketing du long-métrage sur l’idée de film d’action. Selon un insider d’Hollywood qui a parlé au Telegraph, ils seraient même très mal à l’aise : "Robert ne s’arrête plus de parler de cette histoire comme de 'la plus célèbre histoire d’amitié homosexuelle de l’histoire' et rend les agents du studio très nerveux".Oui, car tout est une question de marketing : "Ils ont ajouté que le film n’a pas été vendu comme un retour à "Brockback Moutain 2'", faisant ici référence au film qui dépeint l’histoire d’amour entre deux cowboys gays. Malgré la nervosité de ses producteurs, Robert Downey jr ne peut plus s’arrêter, il aurait même décrit Holmes et Watson comme "deux hommes qui deviennent colocataires, se battent beaucoup et partagent un lit".Et vous, vous en pensez quoi ?