Paris Hilton est poursuivie par une marque d'extensions capillaires pour avoir rompu son contrat en portant celles d'un concurrent !Paris va se faire des cheveux blancs ! 35 millions de dollars de dommages et intérêts, c'est la somme que réclame Hairtech International, une marque d'extensions capillaires à l'héritière avec laquelle elle était en contrat, d'après la UK Press Association. L'entreprise déclare en effet que Paris n'aurait pas honoré son contrat signé avec elle en 2007 - porter et promouvoir leurs extensions -, et l'aurait même rompu en osant porter celles d'un concurrent d'Hairtech en 2008. Paris, qui a fait la promo de son nouveau parfum en Marilyn Monroe hier, serait apparue à de multiples reprises dans les magazines ou à la télévision avec des extensions capillaires fabriquées par le concurrent. De plus, elle aurait manqué la soirée de lancement d'une nouvelle gamme d'extensions en 2007, emprisonnée pour avoir conduit sans permis alors qu'elle était en liberté conditionnelle pour conduite imprudente, ce qui a nui à l'image de la marque, qui imposait à son égérie qu'elle "respecte la loi" ! Le dossier, déposé devant la cour supérieure de Los Angeles, n'a pas encore été commenté par la jet-setteuse pourtant friande de l'auto-promo via les réseaux sociaux.