DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

De l'Art Nouveau au psychédélisme

L'hommage au modern style de Clovis Trouille

Clovis Trouille (1889-1975) a peint toute sa vie des scènes de la vie mondaine dans un cadre Art Nouveau. Son absence d'autocensure fut célébrée par les surréalistes André Breton et <em>Salvador Dali</em>, qui explora dans un article fameux de la revue Minotaure « la beauté terrifiante et comestible de l'architecture modern style ».Clovis Trouille, Le Palais des Merveilles, Hommage au Modern'Style, 1907-1927-1960, La Celle-les-Bordes, collection particulière © Photo Claude Caroly © Adagp, Paris 2009Sur Flu :L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images  

Biomorphisme

En 1962, l'historien de l'art Robert Schmutzler, refusant l'antagonisme ligne courbe/ligne droite, propose d'appréhender l'imaginaire de l'Art Nouveau grâce au terme de « biomorphisme ». Ce miroir en forme de flaque d'eau dessiné par <em>antoni gaudi</em> oscille entre figuration et abstraction.Antoni Gaudi, Miroir pour la Casa Mila, 1906-1910, Paris, musée d'Orsay © RMN (Musée d'Orsay) / René-Gabriel OjédaSur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Organicisme abstrait

La chaise Floris de Günter Beltzig, dessinée en 1967, témoigne du retour au motif organique, ici floral, dans le design moderne, distillé cependant dans un soupçon d'abstraction et l'usage d'un matériau moderne, du polyester armé de fibre de verre.Gu&#776;nter Beltzig, Chaise Floris, 1967, Weil am Rhein, Vitra Design Museum © Vitra Design Museum © Gu&#776;nter Beltzig PlaydesignSur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Design de rêve

Le fameux Phantasy Landscape de Verner Panton reproduit l'utopie Art Nouveau d'un environnement total, à la fois hors de la nature et la recréant idéalement, comme dans les architectures d'<em>Antoni Gaudi</em> ou d'<em>Hector Guimard</em>.Verner Panton, Phantasy Landscape, Cologne, Visiona 2, 1970, Bâle, Panton Design © Verner Panton Design, Bâle, SuisseSur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Gallé, designer botaniste

Emile Gallé, botaniste, utilise directement sa connaissance de la flore pour dessiner et réaliser ses objets en verre et son mobilier, comme ici, pour cette girandole en forme de coloquinte.Emile Gallé, Girandole Coloquintes, vers 1902, Nancy, musée de l'Ecole de Nancy © Musée de l'Ecole de Nancy / cliché Claude PhilippotSur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Lalanne héritier de Gallé

Claude Lalanne s'inspire de l'esthétique organique Art Nouveau, et notamment d'Emile Gallé, pour réaliser ce Miroir aux branchages, qui décorait l'appartement d'<em>Yves Saint-Laurent</em> jusqu'à la fameuse vente organisée par Pierre Bergé.Claude Lalanne, Miroir aux branchages pour l'appartement de Yves Saint Laurent, 1974-1985, Londres, collection particulière © Christie's Images Limited 2009 © Adagp, Paris 2009Sur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Les femmes de Mucha

Le peintre tchèque Alfons Mucha fut l'un des artisans du renouvellement de l'image de la femme. Les célèbres affiches pour le papier à cigarettes Job montrent une femme décomplexée, les cheveux lâches (révolution pour l'époque !), savourant son plaisir sans retenue. Une image de sensualité proto-féministe redécouverte en 1963 grâce à une exposition au Victoria & Albert Museum de Londres.Alfons Mucha, Affiche pour le papier à cigarettes Job, 1897, Chemnitz, Städtische Kunstsammlungen © Kunstsammlungen Chemnitz / May Voigt © Adagp, Paris 2009Sur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

La ligne avant toute chose

Cette gravure sur bois de Peter Behrens est emblématique de la ligne courbe Art Nouveau. Membre fondateur de la Sécession munichoise, Behrens allait cependant rapidement se tourner vers une géométrisation des formes, dessinant notamment en 1909 l'usine AEG de Berlin, archétype de l'architecture fonctionnaliste. Peter Behrens, Le Baiser, 1899, Paris, collection particulière © Collection particulière / cliché Musée d'Orsay / Patrice Schmidt © Adagp, Paris 2009Sur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Ouvrir les portes de la perception

A partir du milieu des années 1960, les graphistes de Londres et de San Francisco s'emparent de la ligne ondulante caractéristique de l'Art Nouveau, qu'ils agrémentent de couleurs vives. Le psychédélisme des affiches, pochettes de disques, livres et revues témoigne d'une ouverture aux sens, dans une tentative d'accès aux « portes de la perception ».Bonnie MacLean, Affiche de concert, 1967, Paris, galerie Janos © Galerie Janos / cliché musée d'Orsay / Patrice Schmidt © Wolfgang's VaultSur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Inspiration Beardsley

L'exposition des oeuvres d'<em>Aubrey Beardsley</em>, génial illustrateur symboliste à la ligne perverse, au Victoria & Albert Museum de Londres en 1966, provoque un engouement sans précédent. Ses dessins sont déclinés en mobilier, vêtements, affiches, papier peint, couvertures de livres, etc. Aubrey Beardsley, Salomé, dans The Peacock Skirt, Pl. 4 du portfolio édité en 1906, Londres, Victoria and Albert Museum © V&A Images / Victoria and Albert Museum, LondresSur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Liberté formelle

Dans le psychédélisme des années 1960-1970, le style fluide n'a pas de réel message, mais dénote, par sa liberté formelle qui semble dénuée de règles, un mode de vie libre, fuyant les contraintes d'une société ultra-normée, dans un projet d'art total où l'art et la vie se confondent.Couverture de la revue Movie, Paula Prentiss dans What's New Pussycat ?, n° 14, automne 1965, Collection particulière © D.R.Sur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des images

Un nouveau style de vie

L'esthétique psychédélique est vite récupérée par la publicité, qui voit dans cette image de la femme libérée et bien dans son corps, un moyen de vanter un nouveau style de vie, où beauté rime avec liberté. C'est aussi une nouvelle société qui s'annonce.Publicité pour les déodorants Odo-Ro-No parue dans la revue Elle, n° 1011, 6 mai 1965 © D.R.Sur Flu : L'actu des expos à Paris Diaporama : Le surréalisme et la subversion des imagesRéservez vos places pour l'expo Art Nouveau Revival