DR

Ca valait le coup d'attendre le retour de Xander Cage.

Il n'y a, à aucun moment, tromperie sur la marchandise. xXx : Reactivated livre exactement le spectacle qu'on est en droit d'attendre - ni plus, ni moins. Un film d'action fun et délirant, parfaitement dans la lignée du premier xXx qui date d'il y a déjà quinze ans. Bien que Vin Diesel (producteur, scénariste, auto-promoteur) cherche plus à ressembler à Sylvester Stallone (pour son côté "artiste complet du cinéma d'action"), ce ne sera pas ici qu'il fera son John Rambo ou Rocky Balboa. Tant que la franchise Fast & Furious bat des records de recettes, l'heure n'est pas encore aux rides, aux courbatures, aux cicatrices et aux regrets. Ce sera pour plus tard. Ici, il est question de rempilage, mais de rempilage cool : si Xander fait du ski dans la jungle après avoir piraté une antenne de télé, c'est pour que le village perdu où il est de passage puisse recevoir le foot "sans payer un abonnement câble aux grosses corporations". Plus que la scène d'ouverture (un casse délirant où Tony Jaa, Deepika Padukone et Donnie Yen s'en donnent à cœur joie), cette scène présente le héros vindieselien comme un gentil anar adepte des sports extrêmes. Lorsque Jane Marke (Toni Collette), big boss de la CIA, lui demande de rempiler pour attraper une équipe d'agents triple X passés du côté obscur, il le fera, mais plus pour l'éclate que pour le patriotisme - une valeur qu'il passera son temps à chambrer. Il ne faudra pas chercher dans Reactivated au-delà de cette note d'intention.

Les femmes dominent xXx Reactivated

Mais Diesel est intelligent et a su s'entourer : Reactivated est un film de team, un vrai. Pour accomplir sa mission, Xander appelle des copains. Arrivent alors une tireuse d'élite lesbienne méchamment cool (Ruby Rose), un driver irlandais adepte des théories du complot (Rory "Sandor Clegane" McCann), un DJ dragueur (Kris Wu) et une geek au débit-mitraillette (Nina Dobrev). Chacun.e possède son rôle à jouer dans l'équipe et Xander leur passe les plats avec plaisir. Un tel défilé de personnages délirants évoque beaucoup un comic book, et à l'arrivée Reactivated ressemble à une version réussie de Suicide Squad avec ces super-agents amoraux qui effectuent une mission-suicide en s'éclatant avec une playlist drum and bass dans le rouge. D.J. Caruso, réalisateur crédité, qui a signé en son temps d'aimables divertissements comme Salton Sea et Paranoïak, de même que le sous-estimé film young adult Numéro Quatre, vise comme tant d'autres le divertissement chimiquement pur, n'y parvient pas complètement, mais il a du mérite, il a essayé. Les plus rageux diront que le casting international (Inde, Chine, Thaïlande) est un simple argument commercial pour vendre le film en Asie. On peut plutôt le voir comme ça : recruter des vedettes gros calibres des marchés locaux (rappel : Tony Jaa, Deepika Padukone et Donnie Yen !) pour les faire se castagner ensemble est une chouette tendance du blockbuster contemporain, et une idée de cinéma pas plus idiote qu'une autre. Reste qu'au-delà de ces querelles de boutiquiers, l'intense plaisir pris à la vision de xXx : Reactivated est très rassurant : on n'est pas encore trop vieux pour ces conneries.

Bande-annonce de xXx : Reactivated, en salles le 18 janvier :